Archive for May, 2015

New Issue – History of Psychiatry

F1.mediumA new issue of History of Psychiatry is now available online. Full titles and abstracts are below:

First rank symptoms of schizophrenia: their nature and origin by J Cutting

Kurt Schneider’s insight nearly 80 years ago that schizophrenia could be demarcated from other psychoses by a small set of particular delusions and hallucinations powerfully influenced diagnostic practice. The theoretical status of such ‘first rank symptoms’ as a whole, however, has rarely been addressed. But if they are sensitive and specific to the condition, it is about time that their essential nature and potential origin be considered. This is the purpose of the present paper. I argue that these psychopathological phenomena are indeed relatively sensitive and specific to the condition, that their nature can be formulated within a Schelerian model of what constitutes a human being, and that their origin fits anthropological and neuropsychological notions of the make-up of contemporary human beings.

‘At variance with the most elementary principles’: the state of British colonial lunatic asylums in 1863 by Warwick Brunton

In 1863 the Colonial Office reviewed colonial hospitals and lunatic asylums in those parts of the British Empire it administered – probably the first and widest international comparative study up to that date. This article outlines the background, process and scope of the review of asylums, and considers its significance. The resulting ‘digest’ is an important source to explain how, why, when and by whom metropolitan ideas acquired official endorsement and spread throughout the British world. Using the review’s general findings and suggestions, a tool is provided for comparing inter-colonial achievements. With New Zealand as a case study, the article concludes that, relative to other influences, the digest played a limited and largely indirect part in shaping New Zealand’s mental health policy before 1876.

World citizenship and the emergence of the social psychiatry project of the World Health Organization, 1948–c.1965 by Harry Yi-Jui Wu

This paper examines the relationship between ‘world citizenship’ and the new psychiatric research paradigm established by the World Health Organization in the early post-World War II period. Endorsing the humanitarian ideological concept of ‘world citizenship’, health professionals called for global rehabilitation initiatives to address the devastation after the war. The charm of world citizenship had not only provided theoretical grounds of international collaborative research into the psychopathology of psychiatric diseases, but also gave birth to the international psychiatric epidemiologic studies conducted by the World Health Organization. Themes explored in this paper include the global awareness of mental rehabilitation, the application of public health methods in psychiatry to improve mental health globally, the attempt by the WHO to conduct large-scale, cross-cultural studies relevant to mental health and the initial problems it faced.

Psychiatrists, mental health provision and ‘senile dementia’ in England, 1940s–1979 by Claire Hilton

Until around 1979, ‘confused’ or mentally unwell people over 65 years of age tended to be labelled as having ‘senile dementia’. Senile dementia was usually regarded as a single, inevitably hopeless condition, despite gradually accumulating clinical and pathological evidence to the contrary. Specific psychiatric services for mental illness in older people began to emerge in the 1950s, but by 1969 there were fewer than 10 dedicated services nationally. During the 1970s, ‘old age psychiatrists’ established local services and campaigned nationally for them. By 1979, about 100 old age psychiatrists were leading multi-disciplinary teams in half the health districts in England. This paper explores the tortuous development of these new services, focusing on provision for people with dementia.

Herculano Sá de Figueiredo (1911–74): a sculptor in the Conde de Ferreira Hospital by Adrián Gramary, Cláudia Lopes, João Pedro Ribeiro and Adrián Gramary

Herculano Sá de Figueiredo’s sculptures remained anonymous inside the Conde de Ferreira Hospital of Oporto (Portugal) for over 30 years. The accidental discovery of the patient’s clinical file enabled the authors of this paper to establish the link between the man, his work and his psychiatric pathology. The artwork kept in the hospital was not previously known in academic and artistic circles. Studying and recovering Figueiredo’s work is important because a considerable part of his oeuvre was produced from 1955 to 1973, when he was a patient in the Conde de Ferreira Hospital. The models represented in his sculptures were technicians and patients at the institution.

Book review – David Frank Allen, Critique de la raison psychiatrique

screenshot-from-2015-03-09-150753L’auteur, maitre de conférences en psychopathologie à l’université de Rennes et psychanalyste, présente ici la réédition d’un texte paru en 1999 dont la démarche historienne est intéressante à plus d’un titre. L’ouvrage est composé comme son sous titre l’indique d’ « éléments » historiques – brève chronologie, courts essais, focus bibliographiques – qui amèneront le lecteur non prévenu contre cette démarche qui peut paraître pointilliste à partager l’objectif salutaire de l’auteur : contribuer à désacraliser le savoir psychiatrique en historisant les catégories qui en fondent l’existence. Plus d’un siècle après son admission dans la classification scientifique, la schizophrénie, c’est-à-dire la démence précoce apparue dans la classification allemande à la toute fin du XIXe siècle, rebaptisée et élargie par Eugen Bleuler quelques années avant la Première guerre mondiale, est évidemment un des objets adéquats pour mener à bien cette mission. A juste titre, David Frank Allen, s’appuie sur la faible stabilité théorique des hypothèses étiologiques la concernant. L’histoire de la schizophrénie apparaît bien comme un « cercle de propositions logiquement contradictoires qui brule sans cesse »(25), caractéristique qui incite l’auteur à faire sienne une maxime debordienne : dans le savoir psychiatrique – ou plutôt le non savoir – le vrai n’est qu’un moment du faux. Continue reading

Colloque “Rêver sans Freud” (Lausanne, 29 mai 2015)

RÊVER SANS FREUD

Journée d’études, Lausanne, 29 mai 2015

Organisée par Aude Fauvel (IUHMSP, CHUV-UNIL) et Rémy Amouroux (Faculté des SSP/UNIL)

Université de Lausanne, Bâtiment Geopolis, salle 2879
Métro M1, arrêt UNIL-Mouline

En occident, la question de l’interprétation des rêves demeure attachée au nom de Sigmund Freud, que l’on considère traditionnellement comme étant le premier à avoir ancré l’activité onirique dans la science et fait du rêve un vrai sujet d’exploration médicale. Par suite, depuis la première édition de son ouvrage fondateur en 1899, le débat s’est souvent posé en des termes binaires : avec ou contre Freud, pour ou contre son modèle interprétatif de la genèse onirique. Pourtant, ainsi que l’ont montré diverses études historiennes récentes, il n’a en réalité pas fallu attendre Freud pour que le rêve soit l’objet d’explorations scientifiques poussées, la vision freudienne s’ancrant elle-même dans l’apport de travaux antérieurs, un héritage qui a longtemps été éclipsé. Par ailleurs, il n’y pas non plus eu dans le domaine « psy » que des anti ou des pro-freudiens, de nombreux analystes du processus rêvant ne se partageant pas le long de cette ligne de démarcation, et suivant plutôt le fil de schémas interprétatifs situés en dehors et/ou à côté des problématiques liées à Freud.

Sans pour autant mettre en cause l’apport fondamental de l’œuvre freudienne, cette journée d’études aimerait donc contribuer au renouvellement du regard sur l’histoire du rêve, en interrogeant la généalogie de ces autres traditions scientifiques oniriques. Il s’agira, en particulier, d’explorer une culture plus « anglo-saxonne » de l’analyse des songes, où la figure du laboratoire et de l’expérimentation contrôlée (rêves sous drogues, sous influence, privation de sommeil, culture des tests psychométriques, etc.) joue un rôle spécialement prononcé. Il s’agira aussi d’examiner quels usages thérapeutiques ont été envisagés pour le rêve en dehors du cadre psychanalytique, en examinant, par exemple, comment certains spécialistes « psy » (psychiatres, mais aussi psychologues, psychothérapeutes, etc.) ont cherché à influencer le psychisme, voire à soigner des troubles mentaux, via des techniques de contrôles et/ou de modifications de la forme des songes.

Le colloque est libre et ouvert à toute personne intéressée.

PROGRAMME

9h00   Ouverture de la journée et accueil des participants

9h30-9h50    Présentation de la journée

Aude Fauvel (IUHMSP, CHUV-UNIL), Rémy Amouroux (Institut de psychologie, Fac. des SSP/UNIL)

Matinée : Président de séance : Mark Micale (University of Illinois)

 

9h50-10h30 Sciences et techniques du corps rêvant : jalons pour une histoire (Andreas Mayer, Centre Alexandre Koyré, Paris)

10h30-11h10   The television qualities of the nightlife of the mind – Dorothy Eggan’s dream-collecting practices among the Hopi (Rebecca Lemov, Harvard University)

11h10-11h30           Pause

11h30-12h10   Acid dreams. Tripping into the unconscious  (Jeannie Moser, Technical University of Berlin)

 

12h10- 14h   Pause repas

Après-midi : Présidente de séance : Jacqueline Carroy (Centre Alexandre Koyré, Paris)

14h-14h40   The (private) dreams of Aaron T. Beck  (Rachael I. Rosner, Independent Scholar, Boston)

14h40-15h20   Pourquoi notre cerveau rêve-t-il? (Sophie Schwartz, Université de Genève)

15h30-16h    Discussion finale / Table ronde

Pour les abstracts et plus d’informations :

http://www.chuv.ch/iuhmsp/ihm_home/ihm_activites/ihm_colloques.htm

Le branle-bas général à Saint-Jean-de-Dieu : Expérience de la désinstitutionnalisation, 1930-1976

Expérience de la désinstitutionnalisation à Saint-Jean-de-Dieu

Le branle-bas général à Saint-Jean-de-Dieu: Expérience de la désinstitutionnalisation, 1930-1976

Conférence de Marie-Claude Thifault

Le mercredi 03 juin 2015 – 19 h à 20 h 30

Institut Universitaire en Santé Mentale de Montréal

Conférence grand public

«Ouvrir les portes de l’hôpital, débarrer les portes de l’hôpital», selon le psychiatre Denis Lazure, n’était pas une façon d’imager sa pensée, mais bien un geste concret nourri par le vent de changements qu’insufflait la révolution psychiatrique des années 1960. Certes, la Commission d’études des hôpitaux psychiatriques et les conclusions de son rapport (Bédard, 1962) permettaient de croire à un vaste projet de désinstitutionnalisation psychiatrique au Québec. Nous jugeons qu’il est à propos de déplacer le point de vue sur la question de cette grande réforme pour s’intéresser à celui du patient lui-même. Cela afin de nous demander quelles sont ses propres inquiétudes quant à l’avenir suite au processus institutionnel de mise en liberté définitive? Ce questionnement propose une réévaluation des résultats peu concluants qu’a connus la première vague de désinstitutionnalisation psychiatrique au Québec, cette fois-ci, attachée à relater et prendre en compte l’expérience des patients.

Cette présentation sera tirée du livre Désinstitutionnalisation psychiatrique en Acadie, en Ontario français et au Québec (PUQ, 2014)

Conférencière

Marie-Claude Thifault, professeure agrégée
Titulaire, Chaire de recherche sur la francophonie canadienne en santé
Directrice, Unité de recherche sur l’histoire du nursing, Faculté des sciences de la santé, Université d’Ottawa, Canada

Inscription – Gratuit

L’inscription n’est pas obligatoire mais elle est fortement recommandée.
Pour vous inscrire, cliquez svp sur le bouton orange «Je veux m’inscrire à l’évènement» situé en bas à droite de la page. http://www.iusmm.ca/evenements/conference/2015/3juin-le-branle-bas-saint-jean-de-dieu.html

Suive

z en direct cette conférence: Webdiffusion et visioconférence

en Webdiffusion (livestream)
NB : sur notre chaîne de Webdiffusion Livestream, vous allez pouvoir trouver l’évènement grâce à son titre et sa date. Vous n’êtes pas obligé(e) de vous inscrire sauf si vous souhaitez échanger avec l’Institut et poser des questions durant la conférence (via la fenêtre Tchat).

Comment s’inscrire :

• Cliquer sur «Join In»
• Donnez votre courriel
• Ouvrir le message d’autorisation envoyé à votre courriel

En vous inscrivant sur Livestream, vous serez averti(e) des prochaines Webdiffusion de l’Institut.

Article in The Guardian: “The Truth About Psychosomatic Illness”

The London-based neurologist Susanne O’Sullivan has just published a piece in The Guardian about psychosomatic illness. Entitled “You Think I’m Mad?”, this article examines the case of a woman who went blind and whose symptoms could not be attributed to neurological causes. Towards the end of the article, the author mentions the ways in which this echoes the seminal work of nineteenth-century philosopher and psychologist, Pierre Janet (1859-1947).

To read the article, click here.

Peter Gay Dies at 91

It is another sad week for historians of psychiatry: Peter Gay — perhaps most famous in this field for his biography of Freud — has passed away at 91 years old.

An article on his life and work was published today in The New York Times. It starts thus:

Peter Gay, a German-born historian whose sense of intellectual adventure led him to write groundbreaking books on the Enlightenment, the Victorian middle classes, Sigmund Freud, Weimar culture and the cultural situation of Jews in Germany, died on Tuesday at his home in Manhattan. He was 91.

His death was confirmed by his stepdaughter Elizabeth Glazer.

Mr. Gay, a refugee from Nazi Germany, devoted his long career to exploring the social history of ideas, a quest that took him far afield from his original area of specialization, Voltaire and the Enlightenment. “He is one of the major American historians of European thought, period,” said Sander L. Gilman, a cultural and literary historian at Emory University.

It was his work on the 18th century that sealed Mr. Gay’s reputation as one of the pre-eminent historians of his generation. “Voltaire’s Politics,” published in 1959, was followed by “The Enlightenment: An Interpretation,” a monumental two-part study whose first volume, subtitled “The Rise of Modern Paganism,” won the National Book Award in 1967. The second volume, subtitled “The Science of Freedom,” was published in 1969.

“That is the last great work to provide a synthetic account of the philosophes and their world,” said Margaret Jacob, a professor of history at U.C.L.A. “It was canonical. He just had an encyclopedic grasp of the subject.”

A longstanding interest in Freud’s ideas led Mr. Gay to train at the Western New England Institute for Psychoanalysis and motivated him to write a revisionist psychohistory of the Victorian middle classes, “The Bourgeois Experience: Victoria to Freud,” whose five volumes were published in the 1980s. He also wrote the highly acclaimed “Sigmund Freud: A Life for Our Time” (1988), the first substantial Freud biography since the three-volume one by Ernest Jones from the 1950s.

To read the full New York Times article, click here.

New Issue – Guerres mondiales et conflits contemporains

GMCC_257_L204Hervé Guillemain et Stéphane Tison, auteurs de Du front à l’asile, 1914-1918, viennent de publier un numéro de la la revue Guerres mondiales et conflits contemporains, dédié aux “psychoses de l’arrière“. Le numéro rassemble historiens et psychologues.

Introduction parHervé Guillemain et Stéphane Tison

Loin du front, la folie ? Les civils internés à l’asile durant la Grande guerre par Stéphane Tison

Angoisses pour le sort des proches, deuils de guerre, crainte des combats : la Grande Guerre, par sa durée et l’implication de l’ensemble de la population française a suscité bien des troubles psychiques chez les civils. Toutefois, les aliénistes sont restés silencieux sur ces phénomènes. La plupart pensent comme leurs prédécesseurs du siècle précédent, que la guerre a tendance à suspendre les maladies mentales et que ces troubles s’inscrivent dans la biologie et l’hérédité. L’étude des statistiques réalisées par les directeurs d’asile montre une baisse de la population asilaire due à la réduction des séjours et à l’expérimentation de services ouverts. La guerre ne bouleverse pas la pensée médicale pour les civils mais diffuse progressivement la conception de l’assistance pour les « petits mentaux », en médicalisant angoisses et troubles mineurs qui n’étaient pas pris en compte avant guerre.

La psychose est-elle le fruit de l’Histoire ? À propos de la crise de septembre 1938 et de l’exode de mai-juin 1940 par Hervé Guillemain

Pour les malades entrés à l’hôpital psychiatrique durant la Seconde Guerre mondiale ou sortis peu après celle-ci, et pour leurs familles, il ne fait aucun doute que les événements de la guerre ont joué un rôle majeur dans le déclenchement de la psychose dont ils souffrent. Au premier abord les discours médicaux qui paraissent nier ce fait montrent que la controverse scientifique sur les liens entre guerre et folie ne s’est guère enrichie depuis la Grande Guerre. Pourtant en nous appuyant sur les effets psychiatriques de deux événements de l’histoire contemporaine française – la panique de septembre 1938 et l’exode de mai-juin 1940 – il est possible d’affirmer que ces événements et les travaux médicaux qui sont liés à eux permettent de consolider la notion récente et très discutée de « psychose réactionnelle » – pensée en tant que point de contact entre le terrain et l’expérience vécue, entre l’Histoire et l’histoire individuelle.

Permettre aux morts de mourir. Psychopathologie et prise en charge des séquelles de la shoah par Nathalie Zajde

L’auteur, enseignant-chercheur à l’Université de Paris 8, responsable de la cellule psychologique dédiée aux survivants et descendants de survivants de la Shoah du Centre Georges Devereux, rappelle l’évolution du statut du survivant des camps de concentration dans le corpus psychiatrique, elle remet en cause certains préjugés sur l’usage de la parole et sa fonction dans les familles de survivants, enfin, en s’appuyant sur des vignettes cliniques, elle présente l’intérêt et la singularité de l’approche ethno-psychiatrique.

Une mission syrienne. Témoignage par Caroline Leduc

Quelle valeur donner aux dispositifs de prise en charge psychologique qui interviennent dans le temps même de la guerre, alors que les civils auxquels ils s’adressent continuent à en subir les effets délétères ? Que peut-on en attendre, au-delà de l’affichage politique vertueux qui initie souvent de telles interventions ? On tâchera d’en faire l’épreuve au travers de la présentation d’une mission au sein d’un hôpital militaire français situé dans le camp de réfugiés syriens de Za’atari, au Nord de la Jordanie. Les modalités atypiques de cette opération humanitaire ont conduit à construire un dispositif expérimental, défini à partir de ses limites : fonction non médicale du psychologue, temporalité spécifique, différence des cultures et des langues. Des vignettes cliniques permettront d’articuler les enjeux et les visées du dispositif aux effets qu’il a produit.

%d bloggers like this: