Archive for December, 2016

Book announcement – Therapeutic Revolutions Pharmaceuticals and Social Change in the Twentieth Century

9780226390871

Even if the book edited by Jeremy A. Greene, Flurin Condrau, and Elizabeth Siegel Watkins is not limited to the history of psychiatry – far from that – the volume certainly is of interest for the readers of h-madness and not only due to the article by Nicolas Henckes entitled “Magic Bullet in the head? Psychiatric revolutions and their aftermath”. The blurb reads:

When asked to compare the practice of medicine today to that of a hundred years ago, most people will respond with a story of therapeutic revolution: Back then we had few effective remedies, but now we have more (and more powerful) tools to fight disease, from antibiotics to psychotropics to steroids to anticancer agents.

This collection challenges the historical accuracy of this revolutionary narrative and offers instead a more nuanced account of the process of therapeutic innovation and the relationships between the development of medicines and social change. These assembled histories and ethnographies span three continents and use the lived experiences of physicians and patients, consumers and providers, and marketers and regulators to reveal the tensions between universal claims of therapeutic knowledge and the actual ways these claims have been used and understood in specific sites, from postwar West Germany pharmacies to twenty-first century Nigerian street markets. By asking us to rethink a story we thought we knew, Therapeutic Revolutions offers invaluable insights to historians, anthropologists, and social scientists of medicine.

For more information, click here.

Book announcement – Deinstitutionalisation and After Post-War: Psychiatry in the Western World

screenshot-from-2016-12-16-14-54-03

Despo Kritsotaki, Vicky Long and Matthew Smith have finally published the long-awaited – at least by the author of this post – results of their conference organised in 2013 on “Deinstitutionalisation and After: Post-War Psychiatry in Global Perspective”. The blurb reads:

The book relates the history of post-war psychiatry, focusing on deinstitutionalisation, namely the shift from asylum to community in the second part of the twentieth century.
After the Second World War, psychiatry and mental health care were reshaped by deinstitutionalisation. But what exactly was involved in this process? What were the origins of deinstitutionalisation and what did it mean to those who experienced it? What were the ramifications, both positive and negative, of such a fundamental shift in psychiatric care? Post-War Psychiatry in the Western World: Deinstitutionalisation and After seeks to answer these questions by exploring this momentous change in mental health care from 1945 to the present in a wide range of geographical settings. The book articulates a nuanced account of the history of deinstitutionalisation, highlighting the constraints and inconsistencies inherent in treating the mentally ill outside of the asylum, while seeking to inform current debates about how to help the most vulnerable members of society.

Continue reading

Book announcement – Electroconvulsive Therapy in America: The Anatomy of a Medical Controversy

9781138696969

Jonathan Sadowsky, the Theodore J. Castele Professor of Medical History at Case Western Reserve University, has published a new book entitled “Electroconvulsive Therapy in America
The Anatomy of a Medical Controversy”. The cover blurb reads:

Electroconvulsive Therapy is widely demonized or idealized. Some detractors consider its very use to be a human rights violation, while some promoters depict it as a miracle, the “penicillin of psychiatry.” This book traces the American history of one of the most controversial procedures in medicine, and seeks to provide an explanation of why ECT has been so controversial, juxtaposing evidence from clinical science, personal memoir, and popular culture. Contextualizing the controversies about ECT, instead of simply engaging in them, makes the history of ECT more richly revealing of wider changes in culture and medicine. It shows that the application of electricity to the brain to treat illness is not only a physiological event, but also one embedded in culturally patterned beliefs about the human body, the meaning of sickness, and medical authority.

For more information, click here.

New Issue – Themenportal Europäische Geschichte

screenshot-from-2016-12-07-16-37-14

The 2016 December issue of the Themenportal Europäische Geschichte includes one article that may be of interest to H-Madness readers.

Heike Karge, Patientenakten aus dem Ersten Weltkrieg als Quelle historischer Forschung in Südosteuropa. The abstract reads:

Gab es in und nach dem Ersten Weltkrieg im jugoslawischen Raum Soldaten, die psychisch am Krieg erkrankten? Die wie in West- und Mitteleuropa als Kriegsneurotiker, als Kriegszitterer, als „shell-shocked soldiers“ mit einer vom Krieg schwer gezeichneten Psyche von den Fronten zurückkehrten? Anders als im angloamerikanischen, west- und mitteleuropäischen Raum sind in der südosteuropäischen Historiografie solche psychiatriegeschichtlichen Fragestellungen ausgesprochen rar. Dabei hat gerade die historiografische Beschäftigung mit dem Ersten Weltkrieg gezeigt, wie fruchtbar eine Perspektive ist, die Psychiatriegeschichte als Kulturgeschichte begreift, also nach dem Verhältnis von Psychiatrie und Gesellschaft in Kriegs- und Nachkriegszeiten fragt. In diesen Studien wurden insbesondere die engen Verwebungen von psychiatrischer Wissenschaft und staatlicher Politik aufgezeigt. Auch für den jugoslawischen Raum liegt nun eine erste diesbezügliche Fallstudie vor.
Mit dem vor drei Jahrzehnten durch Roy Porter eingeleiteten patient’s turn gerieten zunehmend auch die Patientenakten in den Blick der kulturwissenschaftlichen Forschung. War der ursprüngliche Ansatz der Arbeit mit Patientenakten, den bis dahin unsichtbaren Patienten eine Stimme zurückzugeben, hat sich dieser Optimismus an die Quellen inzwischen wieder gelegt. Die Aufzeichnungen in den Patientenakten sind in der Regel Aufzeichnungen über den Patienten, gefiltert durch den Blick des Arztes und des Pflegepersonals. Zugleich sind Patientenakten aber auch materialisierter Ausdruck einer verwaltungstechnischen „Buchhaltung des Wahnsinns.“

To read the entire article, click here.

 

Oskar Diethelm Library, Weill Cornell Medical College – Acquisition Announcement

lalienation-mentale-chez-les-prostituees

The Oskar Diethelm Library, part of the DeWitt Wallace Institute for the History of Psychiatry at Weill Cornell Medical College, recently acquired a group of rare books notable for their importance to the history and development of French psychiatry and neurology. The group includes works by prominent psychiatrists and neurologists Joseph Babinski, Benjamin Ball and Valentin Magnan, among others. A complete list follows.
Babinski, Joseph. Grand et petit hypnotism, Paris, aux bureaux du progrès médical, 1889.

In this work, Babinski (1857-1932), a French neurologist of Polish descent, aims to defend the position of Jean-Martin Charcot and the Salpêtrière Hospital on hypnotism against the opinion of Hippolyte Bernheim and the Nancy School. According to WorldCat, a global catalog of library collections, there is only one other copy of this work available in the United States.

Ball, Benjamin. Du délire des persecutions ou maladie de Lasègue, Paris, Asselin et Houzeau, 1890.

Ball (1833-1893) studied medicine under Charcot and was an assistant of Charles Lasègue at the Salpêtrière Hospital. In this publication of conferences given to faculty, he describes the paranoid state in which a person believes they are being persecuted.

Brierre de Boismont, Alexandre. Considérations médico-légales sur l’interdiction des aliénés, Paris, chez J.-B. Baillière, 1830.

French psychiatrist, Alexandre Jacques François Brièrre de Boismont (1797-1881), analyzes the classification of mental illnesses in this text. The Oskar Diethelm Library holds many other works by this author. The only other copy of this work in the United States is at the National Library of Medicine.

Duchenne de Boulogne, Guillaume-Benjamin. Recherches sur les propriétés physiologiques et thérapeutiques de l’électricité de frottement, de l’électricité de contact et de l’électricité d’induction, Paris, Rignoux, 1851.

Guillaume-Benjamin-Amand Duchenne de Boulogne (1806-1875) was a French neurologist who initiated pioneering studies on the electrical stimulation of muscles. He is credited as one of the developers of electro-physiology and electro-therapeutics. Jean-Martin Charcot was his student and was influenced by his discoveries. The only other copy of this work in the United States is at the Bakken Museum in Minneapolis.

Gras, François. L’aliénation mentale chez les prostituées Lyon, Imprimerie Mougin-Rusand, Waltener & Cie successeurs, s.d. (1901).

This work presents Dr. Gras’s observations on madness in prostitutes. He determined that it was most often caused by alcoholism or syphilis. According to WorldCat, this is the only extant copy of this work available in the United States.

Magnan, Valentin. Des hallucinations bilatérales de caractère différent suivant le côté affecté, Extrait des Archives de neurologie (n°18), (1883)

French psychiatrist Valentin Magnan (1835-1916) was an important figure in the classification of mental diseases. In this work he presents his observations on individuals with bilateral hallucinations. According to WorldCat, this is the only extant copy of this work available in the United States.

Parant, Armand Victor. Les délires de jalousie. Clinique (jalousie sénile-délires systématiques), médecine légale, Toulouse, Edouard Privat, 1901.

This thesis on jealous delusions was written by Armand Victor Parant (1876- ) for a degree in medicine from the University of Paris. Parant’s father was Victor Parant (1848-1924), French psychiatrist and Director of Medicine at Sante de Toulouse.

 

 

Marisa Shaari, MLIS

Special Collections Librarian, Oskar Diethelm Library

mas2155@med.cornell.edu
DeWitt Wallace Institute for the History of Psychiatry

Weill Cornell Medical College, New York, NY

New Issue – Santé Mentale au Québec

sans-titre

L’archive psychiatrique – Santé mentale au Québec – Volume XLI, numéro 2, Automne 2016

Dossier coordonné par Marie-Claude Thifault, Isabelle Perreault, Alexandre Klein et Jean Caron

 

 
7 Éditorial – Jean Caron
Numéro thématique L’archive psychiatrique

9 L’archive psychiatrique – Alexandre Klein, Isabelle Perreault et Marie-Claude Thifault

21 À la recherche de l’archive psychiatrique perdue. L’histoire des fonds d’archives d’Alfred Binet (1857-1911)- Alexandre Klein

33 La collection patrimoniale de l’Institut universitaire en santé mentale de Montréal : un trésor à préserver – Christine Bolduc

41 Manque de collaboration, manque d’effectifs ou disparition des données : le nécessaire et difficile accès aux archives psychiatriques- Marie LeBel

51 L’archive iconographique : que nous révèle la culture visuelle des débuts de la psychiatrie française au dix-neuvième siècle ? – Ginette Jubinville

69 Les notes « Observations de l’infirmière » du Département de psychiatrie de l’Hôpital Montfort : une source archivistique incontournable en santé mentale – Sandra Harrisson

83 Les archives psychiatriques : une occasion de saisir l’expérience du patient (Belgique, entre-deux-guerres) – Veerle Massin

101 Des institutions privées d’histoire. Enquête sur les archives d’entreprises capitalistes dédiées à la gestion de la folie (France, 1930-1950) – Hervé Guillemain

119 La bande des six réclame plus de liberté. Délinquants juvéniles internés à Saint-Jean-de-Dieu, milieu 20e siècle – Martin Desmeules et Marie-Claude Thifault

133 Reconstituer une sociabilité savante à partir du fonds d’archives du Centre Hospitalier Henri Ey de Bonneval : réseaux et leurres induits par le travail archivistique – Emmanuel Delille

147 Les archives psychiatriques : des archives pour quelle histoire ? Les papiers de René L. – Philippe Artières

159 La représentation socioculturelle du suicide au Québec au milieu du 20e siècle. Étude de cas – Alexandre Pelletier-Audet

 
Mosaïque

165 Les Pinceaux d’Or : une expérience d’hygiène mentale auprès d’aînés en besoins psychosociaux – Hubert Wallot

177 Mettre à contribution le vécu expérientiel des familles : l’initiative Pair Aidant Famille – Catherine Briand, Rose-Anne St-Paul et Francine Dubé

Revue philosophique : Théodule Ribot

ribotLe dernier numéro de la Revue philosophique (2016/4), dirigé par Jacqueline Carroy, Wolf Feuerhahn, Régine Plas et Thibaud Trochu, est consacré à Théodule Ribot (1839-1916) qui fut le fondateur et le directeur de cette revue.
À distance de toute commémoration, ce volume considère Ribot comme un entrepreneur intellectuel aux activités variées. Il propose d’explorer des facettes actuellement moins connues de ses travaux : introducteur de la médecine mentale comme  des idées et des recherches germaniques et anglo-saxonnes dans la philosophie et la psychologie françaises, Ribot publie sur Schopenhauer, se confronte à Stuart Mill, s’intéresse au sens du corps et à l’affectivité. Sa place centrale comme directeur de revue puis titulaire d’une chaire de psychologie expérimentale et comparée au Collège de France s’inscrit dans le contexte de la transformation profonde du monde universitaire de la IIIe République, de l’affirmation d’une discipline psychologique voulant rompre avec la philosophie spiritualiste comme avec le positivisme, de la reconfiguration des sciences morales et d’une transformation des relations intellectuelles internationales. Ce dossier contient l’édition critique de nombreuses lettres inédites qui dessinent à la fois des autoportraits de Ribot en correspondant et un portrait de la vie académique et culturelle de l’époque. Il est enfin complété par une bibliographie.

Sommaire

Articles

Jacqueline Carroy,  Wolf Feuerhahn,  Régine Plas,  Thibaud Trochu

Les entreprises intellectuelles de Théodule Ribot

Cette introduction présente Ribot comme un « entrepreneur intellectuel », dans le contexte de son époque. Ses différentes carrières et entreprises sont successivement détaillées et analysées. Introducteur en France dans les années 1870 des psychologies anglaises et allemandes, Ribot se présente comme ni positiviste ni spiritualiste. Il se situe au centre de la discipline philosophique en créant la Revue philosophique, qu’il dirige jusqu’à sa mort, en 1916, et qui constitue pour lui un ancrage cardinal. Sans être médecin, il donne à la psychologie française une orientation pathologique dans les années 1880. Après 1890, il entreprend de développer une psychologie de l’affectivité. La réussite institutionnelle de Ribot, qui devient en 1888 professeur au Collège de France, s’accompagne de sa réception par un plus large public, dont témoignent les multiples rééditions et traductions de ses ouvrages.

Ribot et la « demi-métaphysique » de Schopenhauer

À la parution de La Philosophie de Schopenhauer, en 1874, Ribot était déjà connu comme l’auteur de deux ouvrages qui l’avaient situé dans le champ philo­sophique français comme le promoteur d’une psychologie « positive » évolutionniste et un adversaire de toute métaphysique prétendant à la scientificité. Rien ne semblait le prédisposer à s’intéresser à Schopenhauer, dont la philosophie commençait seulement d’être introduite en France. De fait, cet ouvrage surprit les commentateurs, dont les recensions ne furent guère élogieuses. Il apparaît cependant que la lecture de Schopenhauer a incité Ribot à tempérer son credo évolutionniste et qu’elle est une des sources de la psychologie des sentiments qu’il développa à partir du début des années 1890. Ainsi, loin d’être marginale dans l’œuvre de Ribot, sa lecture de Schopenhauer a contribué à l’élaboration de la partie la plus innovante de sa psychologie.

De la Sorbonne au Collège de France, Enjeux du titre des chaires de Ribot

À l’échelle de deux ans, 1885-1887, et à quelques mètres de distance, Ribot voit le titre de ses enseignements modifié : la rue Saint-Jacques traversée, il n’enseigne plus la « psychologie expérimentale », mais la « psychologie expérimentale et comparée ». Ce changement d’allure mineure suscita une importante controverse aux enjeux théoriques, institutionnels et de personnes. L’expression « psychologie comparée » fut au cœur des débats. Charles Lévêque, figure centrale de l’Institut, la mobilisait contre l’évolutionnisme ; Ribot la redéfinit pour en faire un vecteur de son introduction en France. L’ambition méthodologique de cette analyse est de montrer l’intérêt d’enquêter sur les relations entre les dynamiques propres aux lieux de savoirs et le choix des étiquetages savants.

Mill, Ribot et la science du caractère

Infatigable promoteur d’une psychologie « nouvelle », Théodule Ribot a trouvé dans le projet éthologique de John Stuart Mill des arguments confortant sa propre conception de l’architectonique des sciences de l’esprit ; mais cette reprise du programme millien d’une « science des lois de formation du caractère » s’est aussi opérée dans le cadre d’un débat plus général sur les parts respectives de la « nature » et de la « culture » dans la détermination et la manifestation des aptitudes mentales humaines. Comme on le voit de manière exemplaire chez Ribot, cette réception française de l’éthologie s’est distinguée par une focalisation résolue sur les déterminants biologiques du caractère, qui tranche radicalement avec l’« artificialisme » psychologique de Mill et son insistance sur la « pliabilité de la nature humaine ».

Ribot et le « sens du corps »

En mettant le corps, plutôt que la conscience, au centre de l’objet de la psychologie, Ribot s’inscrit dans le prolongement de travaux issus de la physiologie et de la pathologie du xix e siècle pour élaborer la notion de « sens du corps » comme fondement de l’unité du moi. Cette notion devait connaître un important développement au xx e  siècle en psychologie et en psychanalyse.

Jacqueline Carroy

Psychologie des sentiments et mémoire affective. De Ribot à Proust

En 1894, et surtout en 1896 (La Psychologie des sentiments), Ribot baptisa sa nouvelle psychologie « affective ». La poésie symboliste, la musique, l’amour, la sexualité, la nostalgie illustraient ses nouvelles investigations. Il mit en avant un type de mémoire qu’il appela « mémoire affective ». Il supposa l’existence de souvenirs purs, affectifs et corporels et excluant des représentations mentales. Cette nouvelle orientation psychologique était liée à de nouvelles méthodes. Loin de condamner l’introspection, il publia des auto-observations, comme celle du poète Sully-Prudhomme revivant un amour de jeunesse. Le thème de la mémoire affective était sujet à controverse parmi les philosophes et les psychologues, mais il séduisait des amateurs, des critiques littéraires et des romanciers. On peut comprendre ainsi qu’il inspira l’intrigue centrale de La recherche du temps perdu de Proust.

Notes et documents
Wolf Feuerhahn,  Thibaud Trochu

Autoportraits de Théodule Ribot en correspondant

Les correspondances sont mobilisées ici non comme des clés ultimes des œuvres, mais comme des sources éclairant la pluralité des faces du scripteur. En fonction du statut des correspondances, des destinataires, le style n’est pas le même, la présentation de soi comme le contenu varient. La correspondance de Ribot qui a pu être retrouvée manifeste ainsi la pluralité des identités qu’il endosse : avec son ami Espinas, il est pourfendeur du spiritualisme universitaire ; avec l’administration, un professeur qui cherche à échapper à la province ; face à Charles Lévêque, un aspirant ; à Renouvier et Taine, un imitateur ; à Wundt ou James, l’introducteur de la science étrangère ; avec Tarde et Piéron, un faiseur de carrières ; à l’égard de X. Léon, l’aîné distant ; auprès de Lionel Dauriac, le vieil homme et son confident ; avec Bouglé et Lévy-Bruhl, le directeur de revue en quête de contributeurs.

Correspondances de Théodule Ribot

Édition annotée de lettres, pour la plupart inédites, de Ribot à différents correspondants : Célestin Bouglé, Édouard Claparède, Lionel Dauriac, Alfred Espinas, Théodore Flournoy, William James, Xavier Léon, Charles Lévêque, Lucien Lévy-Bruhl, Charles Renouvier, Hippolyte Taine, Gabriel Tarde, Wilhelm Wundt.

Références bibliographiques du fascicule

Pour plus d’informations : https://www.cairn.info/revue-philosophique-2016-4.htm
%d bloggers like this: