Posts Tagged ‘ asylums ’

Wellcome Library Makes Digitized Asylum Records Available Online

Ticehurst Hospital

Ticehurst Hospital

The Wellcome Library has made around 1000 patient records from the Ticehurst Hospital during the years 1793-1925 freely available online. You will find a description of and access to the holdings here.

New Book Announcement: Closing the Asylums (George Paulson)

McFarland & Company has just published a new book by George Paulson, Closing the Asylums: Causes and Consequences of the Deinstitutionalization Movement (214 pp. Paperback, $45).

George Paulson is an internationally known neurologist who worked in and about state mental hospitals during the revolutionary movement to close those hospitals. He combines his personal observations with historical scholarship to produce a fresh perspective on a major change in society and medicine.

The press describes the book this way:

One of the most significant medical and social initiatives of the twentieth century was the demolition of the traditional state hospitals that housed most of the mentally ill, and the placement of the patients out into the community. The causes of this deinstitutionalization included both idealism and legal pressures, newly effective medications, the establishment of nursing and group homes, the woeful inadequacy of the aging giant hospitals, and an attitudinal change that emphasized environmental and social factors, not organic ones, as primarily responsible for mental illness.

Though closing the asylums promised more freedom for many, encouraged community acceptance and enhanced outpatient opportunities, there were unintended consequences: increased homelessness, significant prison incarcerations of the mentally ill, inadequate community support or governmental funding. This book is written from the point of view of an academic neurologist who has served 60 years as an employee or consultant in typical state mental institutions in North Carolina and Ohio.

New article in Journal of the History of Medicine and Allied Sciences

The April issue of the Journal of the History of Medicine and Allied Sciences is now out and includes an article by Alice Mauger entitled “‘Confinement of the Higher Orders’: The Social Role of Private Lunatic Asylums in Ireland, c. 1820–60”.

The abstract reads:

The period 1820–60 marked an era of transition and diversity in Ireland that rapidly transformed the face of Irish society. Inextricably linked with these processes was the expansion of Ireland’s private asylum system. This system diverged from its British counterpart both in the socioeconomic cohort it served and in the role it played within the mental health-care system as a whole. The implementation of the 1842 Private Asylums (Ireland) Act, the first legislative measure geared exclusively toward the system, highlighted the growing importance of private care in Ireland as well as providing for the licensing and regulation of these institutions for the first time. To date, historians of Irish medicine have focused almost exclusively on the pauper insane. This article aims to shift this emphasis toward other categories of the Irish insane through exploration of the Irish private asylum system, its growth throughout the period, and the social profile of private patients. I shall also interrogate the trade in lunacy model through exploration of financial considerations, discharge and recovery rates, and conditions of care and argue that while Irish private institutions were a lucrative business venture, the quality of care upheld was apparently high. Finally, I shall argue that Irish private asylums catered primarily for the upper classes and briefly explore alternative provisional measures for other non-pauper sectors of society.

For more information, click here.

The mental asylum of San Servolo,Venice (1860–1978): plots, classifications, subjects. Epistemology and history.

In autumn 2006, Professor Mario Galzigna (Department of Historical Studies, Ca’Foscari University, Venice) started a historical epistemological research project at the Archives of the Foundation IRSESC (Social and Cultural Emargination Research and Studies Institute:http://www.fondazionesanservolo.it/html/fondazione.asp), formerly seat of the old mental asylum of Venice (which closed on 13 August 1978 after 250 years).

The Foundation’s heritage comprises a very large archive including the following sections: administrative; sanitary; accounting; photographic. In addition, it includes the book collections of the old psychiatric hospitals of San Servolo,San Clemente (feminine section: 1873–1987) and provincial civil Hospital SS.Giovanni e Paolo of Venice (mental hospital section). There is also material relating to San Servolo’s pharmacy. The main aim of the research so far – by means of a systematic examination of a selection of clinical records –
has been the reconstruction of the psychiatric apparatus of San Servolo from 1840 to 1904, in its multiple forms, and the analysis of the network of relations between the asylum and other main institutions, with particular attention to those with political, sanitary and judicial power in the Veneto region of the period.

Now we would like to enlarge the perspective of this research by setting the psychiatric experience of San Servolo into the historical, institutional and scientific European context from the point of view of both psychiatric practice and clinical nosography (evolution in diagnostical approaches; assessment of the influence of European scientifi c production on these practices and theories).
At present, we are looking for European or non-European sponsors and partners and fi nancial support in order to continue our work in a wider, international perspective and context.

For further information, please contact: EGIDIO PRIANI (egidiopriani@libero.it) and click here.

Photographer Matt McDonough: Abandoned Psychiatric Hospitals

Matt McDonough (from: http://www.mattmcdphoto.com)

There seems to be quite a bit of interest among photographers in visiting closed asylums.  The New York Times has a short photo essay by Matt McDonough on abandoned psychiatric hospitals, along with links to photographs taken by Claudio Edinger and Christopher Payne.  Unlike the photographer Slyv – who has also taken photographs of abandoned facilities and whose online exhibit was recently reviewed here by Carla Yanni – McDonough does not sneak into these sites.  In addition, his curiosity leads him to ask questions about the former inhabitants as well as about the policies behind de-institutionalization.  In light of Yanni’s comments, however, one can’t help but notice the idiom (both visual and textual) of the uncanny in these accounts, as terms like “haunted” and “creepy” occupy a prominent place in the descriptions.

Review on Lisa Mandel’s “HP”

Cet album est une contribution originale à la bande dessinée documentaire et historique. Originale d’abord par son objet, la psychiatrie, dont on n’imaginait pas nécessairement qu’elle serait un jour illustrée de cette manière. Originale, ensuite, car ce n’est pas la grande histoire qu’elle cherche à documenter, l’histoire des grandes figures et réalisations de la discipline, mais au contraire le quotidien de l’hôpital psychiatrique, vu par des acteurs auxquels on donne aujourd’hui encore rarement la parole, les infirmiers, et qu’elle s’attache à décrire ce quotidien dans ses aspects les plus banals et triviaux. Originale enfin car elle rompt avec le réalisme auquel a d’habitude recours la bande dessinée documentaire. Et c’est précisément ce qui fait la force de cet album, et singulièrement sa force documentaire : non pas ou pas seulement car cela permet à Lisa Mandel de faire sentir ou voir le fantasme, le délire, la folie en un mot, parce que le dessin et l’imaginaire la libéreraient des contraintes de la vraisemblance ; mais surtout car cela lui permet de représenter la folie dans sa dimension la plus sordide et de donner à voir une réalité dont il n’est pas certain qu’elle ait jamais été mise à l’écran ou sur papier : les corps dégradés des personnes souffrant de maladie mentale au long cours, que ce soit les corps nus d’hommes et de femmes âgés, gâteux et dément, dans leurs déjection dans leur lit, ou les corps bavant et agités de spasme, de tremblements des malades neuroleptisés. Ce faisant, ce réalisme à la fois objectif et abstrait situe cet album au-delà du romantisme mais aussi du misérabilisme qui caractérisent souvent les témoignages et histoires de la psychiatrie, et lui permet de restituer l’épaisseur d’une certaine expérience de la maladie mentale.

L’album se présente comme un témoignage brut, recueilli à la source par l’auteur auprès de ses parents et d’amis et collègues de ces derniers, tous entrés en psychiatrie au même moment dans le même établissement de la région marseillaise. Les premières pages dressent un portrait des protagonistes de l’album et des raisons qui les ont conduits à embrasser la carrière d’infirmier psychiatrique – raisons rarement motivées par un choix ou une vocation personnelle. Le corps de l’album est le récit de la découverte par ces – alors – jeunes infirmiers de l’hôpital où ils font leurs premières années de métier. Il est constitué d’une série de bandes d’une à trois pages qui sont à la fois une série de saynètes ou d’histoires et la description de différentes facettes de la vie hospitalière. Si certaines sont comiques et d’autres relèvent plutôt de l’humour noir, les plus nombreuses, et les plus nombreuses à mesure que l’on avance dans l’ouvrage, ressortissent plutôt au genre du conte moral, et visent à illustrer en de courts récits les dilemmes et les difficultés auxquels doivent faire face les infirmiers sans être le plus souvent armés pour y apporter une réponse.

L’hôpital que découvrent ces jeunes infirmiers, c’est « l’asile » et l’ouvrage s’ouvre de fait sur une citation du premier article de la loi de 1838 fondatrice du système asilaire en France, seule incursion dans l’histoire antérieure aux années 1970. Quelques pages décrivent les moyens thérapeutiques mis en œuvre – l’auteur résume en particulier de manière très didactique la philosophie du soin comme régression et reconstruction à l’œuvre en France à l’époque -, d’autres présentent certains patients types d’un hôpital de l’époque. La plupart s’attachent à décrire finement les différentes formes de violence ordinaire dont sont victimes les patients. Violence faite du manque de moyen lorsque l’absence de draps de rechange oblige à réutiliser ceux qui viennent d’être souillés pour faire un lit. Faite de la bêtise des infirmiers lorsque ceux-ci profitent de leur position pour humilier, battre, voire voler les patients. Nourrie de leur angoisse et de leur faiblesse lorsque face à un patient lui-même violent, non content de le maîtriser ils lui « passent » littéralement leur peur sous forme de coup ou d’humiliation. Violence pateline lorsque sans chercher à mal certains infirmiers développent pour passer le temps des jeux humiliants ou dégradants pour les patients qui en sont les victimes parfois consentantes – comme celui-ci, inventé par un prodige de la pétanque, consistant à déloger d’un jet de boule un cochonnet placé sur la tête d’un patient, protégée par un vieux casque militaire, faisant de cet infirmier le Guillaume Tell de l’hôpital pour le plus grand plaisir de tous, patients y compris…

Si la description se veut objective, sans chercher ni à condamner ni à justifier les infirmiers mais en restituant seulement leur quotidien et les questions que celui-ci soulève chez eux, l’hôpital est analysé comme un système dont les différents acteurs ne sont pas libre d’agir comme ils pourraient le vouloir. En cela, l’album garde la marque des théories de psychologie sociale en vogue dans la psychiatrie de l’après guerre, qui décrivaient l’hôpital comme un champ de relations sociales animé par certaines lois ou règles générales. A ceci près que cette dynamique de groupe est ici toujours négative, là où précisément les psychiatres pensaient pouvoir la détourner pour en faire un facteur de traitement des malades. Quoi qu’il en soit ces descriptions dessinent en creux une vision idéale de la psychiatrie : la distance cultivée par l’auteur avec les techniques et les savoirs psychiatriques – par exemple en insérant un glossaire de termes marseillais là où l’on attendrait un glossaire de termes psychiatriques – suggère de fait que la matière psychiatrique est d’abord faite de sentiments et de relations humaines avant que de techniques.

L’ensemble donne une vision à la fois riche mais aussi forcément partielle de la psychiatrie telle qu’elle se pratiquait dans un établissement psychiatrique français dans les années 1970. On peut par exemple s’étonner voire regretter la justification simple que l’auteur donne de l’hospitalisation psychiatrique, comme moyen d’écarter les malades : l’entrée en psychiatrie a toujours été un processus complexe, douloureux, pour les malades comme pour leurs proches, et les hospitalisations sous contrainte n’ont jamais été des décisions simples. Sans doute la position des infirmiers, éloignés du contact des familles lorsqu’ils étaient cantonnés à l’hôpital comme c’était le cas avant l’avènement de la psychiatrie communautaire – et encore pour un certain nombre d’entre eux après – ne leur permettait-elle pas d’appréhender cette réalité dans sa richesse. On peut surtout s’interroger plus profondément sur la morale que l’auteur commence à dégager à la fin de l’album. Les dernières vignettes annoncent l’avènement d’une autre psychiatrie à venir dans les années 1980, dans laquelle ces infirmiers ont pu élaborer leur vocation véritable. Ce faisant, ces dernières pages donnent une coloration spécifique à l’ensemble de l’album : en faisant des travers qui y sont décrits une série de déviations dont l’auteur suggère que le tournant des années 1980 les aurait renvoyées à un passé révolu. L’histoire de la psychiatrie regorge de ces moments charnières de sortie de l’asile, dont il faut toujours interroger la texture – on pense ici à l’analyse par Gladys Swain de la libération des fous par Pinel. Les années 1970 correspondent sans doute à une série de transformations profondes dans les pratiques de soin, qui ont pris effet à des rythmes différents dans les différents établissements de France : on pense au recrutement d’un grand nombre de médecins qui viendront renouveler les cadres et apporter de nouvelles manières de faire, l’arrivée de nouvelles générations de travailleurs sociaux et de psychologues, la mise en place de pratiques de psychiatrie communautaire. On peut se demander cependant si ces changements si massifs soient-ils ne contribuent pas à assombrir le tableau que les acteurs font de la psychiatrie précédente. Après tout le sentiment d’avoir vécu la période de l’asile n’est-il pas une reconstruction mémorielle, une défense personnelle face à la sensation d’avoir contribué à faire advenir un mieux par la suite ? Sans doute est-il encore trop tôt pour juger : on attend pour cela le second album. Dès à présent cependant ce volume apparaît comme un document original à verser à l’histoire de la psychiatrie.

Nicolas Henckes

Lisa Mandel, HP – L’asile d’aliénés (Paris: L’Association, 2009), ISBN: 978-2844143167 , 13€

%d bloggers like this: