Posts Tagged ‘ archives ’

Conference – Les infirmières de la folie (8 May 2017, Montréal) and launch of the special issue of Santé Mentale au Québec

Picture1

On the 8th of May 2017 there will be a conference in Montreal titled Les infirmières de la folie. Histoire et évolution des soins infirmiers en psychiatrie au sein de l’espace francophone. Below you find the abstract and the programme of the conference. For more information see the ACFAS website.

During the conference the special issue of Santé Mentale au Québec on l’archive psychiatrique will be launched. The issue is coordinated by Marie-Claude Thifault, Isabelle Perreault, Alexandre Klein and Jean Caron.

Continue reading

New Issue – Santé Mentale au Québec

sans-titre

L’archive psychiatrique – Santé mentale au Québec – Volume XLI, numéro 2, Automne 2016

Dossier coordonné par Marie-Claude Thifault, Isabelle Perreault, Alexandre Klein et Jean Caron

 

 
7 Éditorial – Jean Caron
Numéro thématique L’archive psychiatrique

9 L’archive psychiatrique – Alexandre Klein, Isabelle Perreault et Marie-Claude Thifault

21 À la recherche de l’archive psychiatrique perdue. L’histoire des fonds d’archives d’Alfred Binet (1857-1911)- Alexandre Klein

33 La collection patrimoniale de l’Institut universitaire en santé mentale de Montréal : un trésor à préserver – Christine Bolduc

41 Manque de collaboration, manque d’effectifs ou disparition des données : le nécessaire et difficile accès aux archives psychiatriques- Marie LeBel

51 L’archive iconographique : que nous révèle la culture visuelle des débuts de la psychiatrie française au dix-neuvième siècle ? – Ginette Jubinville

69 Les notes « Observations de l’infirmière » du Département de psychiatrie de l’Hôpital Montfort : une source archivistique incontournable en santé mentale – Sandra Harrisson

83 Les archives psychiatriques : une occasion de saisir l’expérience du patient (Belgique, entre-deux-guerres) – Veerle Massin

101 Des institutions privées d’histoire. Enquête sur les archives d’entreprises capitalistes dédiées à la gestion de la folie (France, 1930-1950) – Hervé Guillemain

119 La bande des six réclame plus de liberté. Délinquants juvéniles internés à Saint-Jean-de-Dieu, milieu 20e siècle – Martin Desmeules et Marie-Claude Thifault

133 Reconstituer une sociabilité savante à partir du fonds d’archives du Centre Hospitalier Henri Ey de Bonneval : réseaux et leurres induits par le travail archivistique – Emmanuel Delille

147 Les archives psychiatriques : des archives pour quelle histoire ? Les papiers de René L. – Philippe Artières

159 La représentation socioculturelle du suicide au Québec au milieu du 20e siècle. Étude de cas – Alexandre Pelletier-Audet

 
Mosaïque

165 Les Pinceaux d’Or : une expérience d’hygiène mentale auprès d’aînés en besoins psychosociaux – Hubert Wallot

177 Mettre à contribution le vécu expérientiel des familles : l’initiative Pair Aidant Famille – Catherine Briand, Rose-Anne St-Paul et Francine Dubé

Témoin de l’histoire de la folie L’archive dans l’institution psychiatrique comme matériel empirique : enjeux méthodologiques et épistémologiques

Credits:Justine Desmond, Wellcome Images

Credits:Justine Desmond, Wellcome Images

Journée d’étude (2 juin 2015)

Institut Universitaire en Santé Mentale de Montréal

7401, rue Hochelaga
Montréal (Québec)  H1N 3M5

Compte tenu des contraintes économiques et spatiales entourant la conservation des archives médicales, une réflexion commune s’impose sur les enjeux et pratiques courantes liés à l’exploitation de ces archives d’une valeur scientifique et sociale incontestable. Or, un dossier médical peut aussi bien parler à un historien, un sociologue, un anthropologue, un psychiatre qu’il renseigne le médecin, l’infirmière ou le patient sur le suivi clinique et les traitements proposés. Généralement devenu caduc pour le personnel hospitalier après la fin du suivi médical, il prend une tout autre importance et signification entre les mains des chercheurs qui y puisent notamment le sens de la pratique médicale d’hier à aujourd’hui, ou encore l’évolution des réactions sociales face aux comportements identifiés comme relevant de problèmes de santé mentale. Ces questionnements seront abordés par des experts internationaux dans le cadre de cette  journée d’étude qui vise à réunir des archivistes, étudiants, chercheurs et cliniciens qui œuvrent dans le domaine de la santé ou de l’histoire.

Continue reading

Book announcement: “With the mad. A social history of psychiatry in the 20th century” (Benoît Majerus)

H-Madness co-editor Benoît Majerus has a new book out entitled Parmi les fous. Une histoire sociale de la psychiatrie au XXe siècle (“With the mad. A social history of psychiatry in the 20th century”).

The challenge of this book is to tell the story of psychiatry in the 20th century not through psychiatric handbooks or nosological controversies, but through the daily life of one asylum. This approach enables to discover  actors that are still largely excluded from the traditional narrative on psychiatry be it patients but also nurses, social workers… This historiographical gaze gives new readings of classical themes in the field such as the spatial settings of enclosure or the link between knowledge and power. It also questions the chronology by revisiting the so-called chemical revolution in the 1950s or the deinstitutionalisation from the 1960s on.

Patients’ records are a fascinating material to get access to psychiatric practice. The organisation of work, the forms of knowledge, the medical gaze, the experience of mental illness by the patient or the physician are all topics that are too often described and analysed through medical reports or through the published literature in psychiatric journals. Considering these questions from below offers an intriguing insight in the tensions between discourse and practice, between representation of a field and its actual functioning.

This book is part of a larger narrative that goes beyond a historiography of psychiatry still too often entangled in a dichotomous narrative: medical progress or disciplinarisation. Combining micro-history and sciences studies, it hopes to participate in the historicisation of a topic difficult to grapple, but particularly rich for a history of the 20th century through the margins.

To get the two first chapters, click here.

Histoire, archives et psychiatrie : Quelles perspectives pour la Belgique ?

Screenshot from 2013-11-04 19:58:28

Cette journée vise à souligner l’importance d’un questionnement commun et public sur l’histoire de la psychiatrie et sur le sort à réserver aux archives du secteur de la santé mentale. Concrètement il s’agit, d’une part, d’établir un « panorama » des recherches en cours en histoire de la psychiatrie en Belgique et, d’autre part, de poser la question délicate du traitement des archives des institutions psychiatriques en Belgique. Ces deux objectifs ont une résonance particulière à l’heure où l’histoire de la psychiatrie connait un renouveau incontestable et où les questions de protection de la vie privée et du secret médical, aussi légitimes soient-elles, tendent à primer sur la liberté de la recherche.

Au niveau international, l’histoire de la psychiatrie s’est remarquablement développée au cours de ces trente dernières années. C’est qu’au-delà du traitement réservé et souvent imposé aux personnes taxées de « folie », les modes d’exclusion et de prise en charge des « aliénés » se révèlent particulièrement révélateurs des normes et des marges qu’une société tend à définir. Cette approche sociétale de la psychiatrie s’est récemment doublée d’une étude plus concrète des pratiques curatives et du quotidien des malades et donc, d’une meilleure connaissance des populations soignantes et soignées, des patients et des rapports thérapeutiques.

En Belgique, l’histoire de la psychiatrie en est à ses balbutiements mais connaît de récents développements tant dans les universités francophones que flamandes ; elle suppose de dépasser l’analyse des textes théoriques au profit des sources sur les pratiques psychiatriques. Si quelques travaux ont ouvert le champ de recherche (entre autres Nys et al. 2002, Missa 2006, Majerus 2013), de nombreuses questions restent à explorer ou à généraliser à l’ensemble du pays, comme les liens entre initiatives publiques et privées, les discours et pratiques thérapeutiques, la formation et la spécialisation des professionnels de la santé mentale, les rapports entre certains milieux sociaux et la psychiatrisation. Une telle généralisation suppose de multiplier les études locales, comme en témoigne une série de recherches récentes. Pour l’historien, il est indispensable de continuer à ouvrir et développer ce champ de recherche, ce qui n’est possible que par une collaboration avec les institutions productrices d’archives.

Une fois lancés sur leur terrain d’investigation, les chercheurs sont confrontés à d’importantes difficultés liées à l’accessibilité d’archives qui s’explique par le caractère privé des institutions et de la documentation ou par le secret médical. Comment faciliter la communication avec les institutions psychiatriques privées ? Ces dernières abritent des mines d’information dans leurs archives : registres, dossiers des patients, archives administratives, documents iconographiques voire objets. Face à cette documentation, elles sont en droit de se poser des questions : que faire des archives qui dorment dans les institutions? Quels sont les champs de recherche encore à explorer grâce à elles? Est-il utile de se pencher sur un passé parfois difficile et déjà malmené par certains historiens (antipsychiatrie)?

Cette journée vise à donner la parole à des

  • chercheurs qui feront état de leurs projets dans le domaine de l’histoire de la psychiatrie et de leur utilisation des archives qui y sont liées
  • responsables des institutions psychiatriques qui gèrent l’accès et le traitement d’une telle documentation
  • archivistes qui mettent en place les modalités qui garantissent à la fois liberté de la recherche et protection de la vie privée.

Cet événement est organisé conjointement par :

Benoît Majerus, Université du Luxembourg

Veerle Massin, CHDJ, Université catholique de Louvain

Anne Roekens, Université de Namur

Xavier Rousseaux, CHDJ, Université catholique de Louvain

Avec le soutien du FRS-FNRS“Justice & Populations”. et du Pôle d’Attraction Interuniversitaire IAP

Pour une proposition d’intervention ou une demande de participation, vous pouvez contacter, avant le 30 décembre 2013 :

Anne Roekens : anne.roekens@unamur.be

Veerle Massin : veerle.massin@uclouvain.be

Le programme définitif sera communiqué en janvier 2014.

La journée « Histoire, archives et psychiatrie : quelles perspectives pour la Belgique » se déroulera le 16 mai 2014 à l’Espace Léon Cassiers de l’Hôpital psychiatrique du Beau Vallon (Namur).

%d bloggers like this: