Call for Papers: The Politics of the Mind III. Connections and trajectories / Politiques du psychisme III. Connexions et trajectoires

The following call for papers might be of interest to H-Madness readers.

The Politics of the Mind III. Connections and trajectories / Politiques du psychisme III. Connexions et trajectoires

Call for papers/Appel à communications

Conference organized by/Conférence organisée par: Grégory Dufaud (IEP Lyon-LARHRA), Nicolas Henckes (CNRS-CERMES3), Marianna Scarfone (Université de Strasbourg-Sage)

Dates : December 2018/6-7 décembre.

Location/Lieu: Paris

Deadline for abstracts/Date d’envoi des propositions de communication: 10 June/juin 2018

Contact : gregorydufaud@gmail.com, nicolas.henckes@cnrs.fr, mscarfone@unistra.fr

Version française ci-dessous

While the notion of mental hygiene emerged in the 19thcentury, it became popular in the first third of the 20thcentury in most European and North American countries. It described what appeared as a new way of problematizing psychiatric practices and knowledge as well as their politicization. Mental hygiene was at first a reform project based on the promotion of both alternative ways of organizing assistance and preventative practices in psychiatry. These perspectives became reality with the creation of new psychiatric institutions by psychiatric reformers. In 1908 the psychiatrist Gustav Kolb created an “open” outpatient service for mad people in Bavaria in order to help patients reintegrate society. This service was conceived of as an addition to the asylum: outpatient treatment aimed at extending the treatments received during institutionalization. Beyond institutions, mental hygiene movements also promoted practices of prevention for various populations or problems: children, or mental hygiene at work for instance. In this way they contributed to the expansion of both the professional jurisdiction of mental health workers and to the institutionalization of new public policies.

Mental hygiene did not only address psychiatric practices however: among its projects was also the scientific organization of the society. This project had several intellectual sources. In France, psychiatrist Edouard Toulouse’s mental prophylaxis was a dimension of a more general biocratic conception, which aimed at promoting a scientific government of the country. Toulouse’s ideas were inspired by positivism and evolutionism as well as republicanism. More generally, the development of mental hygiene reflected the role played in European societies by scientific and political utopias inspired by the ideals of social reform as well as by totalitarian ideologies.

The historiography of mental hygiene has been restricted so far largely to the United States, where a great emphasis has been put on the work of Adolf Meyer. In Europe histories of mental hygiene have been fragmentary and have concerned for the most part politically stable western countries with a well-developed health system. Two important observations can be made from those researches: first, the simultaneity of the emergence of mental hygiene in different European countries in the early 20thcentury and, secondly, the diversity of its organizations, ideas and achievements. As a result, it is difficult to speak of a unique European mental hygiene movement, even though several international movements tried to promote common ways of doing and knowing. In this regard, one reason for the difficulty to characterize mental hygiene, its objects and its approaches, may be that, locally, the movements while echoing the ideas of their time, remained opportunistic and plastic in their developments.

This conference is the third in a series of meetings which have sought to highlight for the first time the history of mental hygiene in the European area in its diversity. Held respectively in Strasbourg in the framework of the congress of the Société Française d’Histoire des Sciences et des Techniques in April 2017 and in Villejuif, near Paris, in February 2018, the two first meetings shed light on a series of personalities, institutional experimentations, or problems in multiple national contexts: France, Italy, Germany, Greece. Among other the communications focused on three points:

  1. The logic of constitution and identification of mental hygiene movements. The definition of mental hygiene did not rely above all on a characterization by its promoters of its objects, methods or objectives. On the contrary, one is necessarily struck by the diverse dynamics of identification in different places and time. The French case is a good example: if the “service libre” (open ward) was to a large extent the flagship of Edouard Toulouse’s Ligue d’Hygiène Mentale, other similar experiments existed at the same time under the direction of local actors outside Paris who, while taking part to the activities of the Ligue, did not showcase their identification (and that of their experiments) to the movement. Mental hygiene movements thus provide a series of case studies for understanding the dynamics of formation, aggregation and transformation of social movements in the field of knowledge. The presentations in our first two meetings demonstrated the interest of approaches which situate these movements in different local, national and international contexts: for instance, the reference to mental hygiene may be relevant at the local but not at the national level or the reverse.
  2. The social and professional positions of promoters of mental hygiene. Like Robert Sommer in Germany or André Répond in Switzerland, they did not all belong to psychiatric elites when they began their experiments. For their being in lower rank positions, they had greater freedom and stimulation to create connections with other professional or scientific fields or other national contexts, as well as to innovate. While they could not always challenge legitimate knowledge, they could play a role of entrepreneurs or popularize psychiatric ideas toward the political field or the public opinion.
  3. The problematization of expertise. If the idea that mental hygiene is before all a matter of experts was a core tenet of most national movements, the very nature of expertise, its public and its opponents was not understood everywhere in the same way. If the French movement aimed first at educating the public and the political elites of the country in opposition to a psychiatric profession depicted as backward looking, the German movement took charlatanism as its target. In the same way, the role played by former patients in the US movement contrasts with the professional expertise claimed by French hygienists.

These perspectives question the definition and identification of the mental hygiene movement. How to characterize it, and how to analyze the social movement organizations that were behind it? What relationships did mental hygiene have with other movements?

These questions are worth further investigation and we welcome communication proposal that will address them. In this third conference, however, we would like to put a greater emphasis on the connections and trajectories of mental hygiene movements in the 20thcentury:

  1. National movements cannot be understood in isolation from each other as well as from the institutional, social and political setting they grew in. Through their relationships – partly structured by transnational movements – models, ideas and actors could circulate and mingle. We will welcome papers addressing these two issues. On the one side, the papers can highlight the circulation between different national or socio-political contexts of people, knowledge and techniques. On the other, we would like to shed some light on the history of transnational movements in the field of mental hygiene.
  2. An important question that remains under-researched relates to the trajectories of mental hygiene movements. If the research accumulated so far has highlighted the beginnings of those movements, it often fails to tell much about their ending. This issue might be approached from two perspectives. On the one side the papers could examine the internal forces and processes that contributed to the evolution of these movements. On the other, we also welcome papers analysing the role and position of mental hygiene in larger transformations of psychiatry in the second half of 20thcentury – deinstitutionalization, the creation of psychopharmacology, or the emergence and development of users’ movements.

– – –

Si le terme d’hygiène mentale circule dès le XIXesiècle, il s’impose dans le premier tiers du XXesiècle dans la plupart des pays européens et d’Amérique pour caractériser ce qui apparaît alors comme de nouvelles façons d’aborder les pratiques et les savoirs psychiatriques autant que leur mise en politique. L’hygiène mentale est d’abord un projet de réforme, basé sur la promotion de formes alternatives d’assistance psychiatrique et de pratiques de prévention dans le champ de la santé mentale. Ce double objectif s’incarne dans de nouvelles structures psychiatriques créées par des psychiatres-entrepreneurs. Ainsi, en 1908, le psychiatre Gustav Kolb fonde, en Bavière, un service libre afin d’aider les malades à réintégrer la société. Le service libre est pensé comme un complément de l’asile : les soins hors les murs visent à prolonger les traitements reçus par les malades mentaux pendant leur internement. Au-delà des questions institutionnelles, les mouvements d’hygiène mentale font aussi la promotion de pratiques de prévention en direction de populations ou de problèmes divers : enfance, travail entre autres. En cela ils contribuent à la fois à une extension des juridictions des professionnels du psychisme et à l’institutionnalisation d’une série de politiques publiques.

Mais l’hygiène mentale ne s’est pas intéressée exclusivement aux pratiques psychiatriques ; elle est également un projet d’organisation scientifique des sociétés dont l’origine a diverses sources intellectuelles. En France, la promotion de la prophylaxie mentale par Édouard Toulouse s’inscrit dans un programme plus large de biocratie, qui veut incarner le gouvernement par les sciences. Sa pensée est inspirée par, d’un côté, la philosophie positiviste et évolutionniste et, de l’autre, l’idéologie républicaine. Plus généralement, l’essor de l’hygiène mentale reflète la montée dans les sociétés européennes d’utopies scientifiques et politiques puisant autant dans les idéaux de réforme sociale que dans les idéologies totalitaires.

L’historiographie de l’hygiène mentale s’est jusqu’à présent surtout concentrée sur les États-Unis où elle a étudié la création et les évolutions du National Committee for Mental Hygiene et l’œuvre d’Adolf Meyer. En Europe, les recherches, en plus d’être fragmentaires, concernent principalement les pays d’Europe occidentale, politiquement stables et relativement avancés sur le plan sanitaire. Elles permettent néanmoins deux observations fondamentales : la simultanéité de l’émergence de l’hygiène mentale en divers lieux au début du XXesiècle et la grande variété de ses formes d’un endroit à un autre. De sorte qu’il paraît difficile de parler d’un courant unique malgré l’existence de mouvements internationaux visant à stimuler les échanges et rapprocher les expériences locales, voire à promouvoir des standards communs. A cet égard la difficulté à caractériser de façon univoque l’hygiène mentale, ses objets et ses approches tient peut-être à ce que les mouvements locaux ont été une chambre d’échos des idées de leur époque, des mouvements à la fois opportunistes et plastiques, loin d’être consensuels.

Cette conférence est la troisième d’une série d’événements destinés à éclairer pour la première fois dans sa diversité l’histoire de l’hygiène mentale dans l’aire européenne. Les deux premières journées, organisées respectivement à Strasbourg dans le cadre du congrès de la Société Française d’Histoire des Sciences et des Techniques en avril 2017 et à Villejuif en février 2018, ont apporté des analyses sur des figures, des expérimentations institutionnelles ou des questions spécifiques travaillés dans diverses configurations nationales : France, Italie, Allemagne, Grèce. Plusieurs points étaient au centre des communications :

  1. Les logiques de constitution et d’identification des mouvements d’hygiène mentale. La définition de l’hygiène mentale ne reposait pas d’abord sur une caractérisation par ses promoteurs d’un objet, de méthodes ou d’objectifs. Au contraire frappe la diversité des logiques d’identification à l’œuvre selon les lieux et les moments. Le cas français est éloquent : si le service libre est à bien des égards l’étendard de la Ligue d’Hygiène Mentale d’Edouard Toulouse, d’autres expérimentations similaires sont promues au même moment par des acteurs locaux qui, tout en participant à certaines activités de la Ligue, ne mettent pas en avant leur identification et celle de leurs entreprises à l’hygiène mentale. L’étude des mouvements d’hygiène mentale permet ainsi de comprendre les logiques de formation, d’agrégation et de transformation des mouvements sociaux dans le champ du savoir. Les communications présentées lors des deux premières conférences ont d’ailleurs montré la pertinence de démarches visant à situer ces mouvements, leurs protagonistes et leurs expérimentations institutionnelles dans différents contextes locaux, nationaux et internationaux. Les logiques de constitution des projets peuvent varier profondément selon le niveau d’analyse : opportune au niveau local, la référence à l’hygiène mentale peut perdre de son intérêt au niveau national ou inversement.
  2. Les positions sociales et disciplinaires des promoteurs de l’hygiène mentale. Tels Robert Sommer en Allemagne ou André Répond en Suisse, tous les professionnels impliqués sont loin d’appartenir à l’élite de la psychiatrie au moment où ils s’engagent dans la formation de leur mouvement. Acteurs de second plan de leur discipline, ils se mettent à la fois en situation de créer des ouvertures vers d’autres champs ou d’autres contextes nationaux, et d’expérimenter localement. Si cette position ne leur permet pas toujours de bousculer les savoirs légitimes, elle en fait en revanche des entrepreneurs ou des vulgarisateurs, jouant un rôle particulier dans la diffusion dans le champ politique ou vers le public des thèses de la psychiatrie de l’époque.
  3. La problématisation de l’expertise. Si l’idée que l’hygiène mentale est d’abord une affaire d’experts est au cœur de la plupart des mouvements nationaux, tous ne comprenaient pas de la même manière la nature de l’expertise, ses publics et ses adversaires. Ainsi, si le mouvement français a surtout visé à éduquer le public et les élites politiques du pays en s’opposant à une supposée réaction disciplinaire portée par une partie des acteurs du champ de la psychiatrie lui-même, l’hygiène mentale allemande a pu placer au centre de son projet politique la lutte contre le charlatanisme. De même, la promotion par le mouvement américain de l’expérience d’anciens patients tranche avec le caractère technique de l’expertise mise en avant par les hygiénistes mentaux français.

Ces perspectives ouvrent, nous semble-t-il, plus grand encore le problème de la définition et l’identification des mouvements d’hygiène mentale. Comment caractériser l’hygiène mentale ? Comment analyser les mouvements qui l’ont portée ? Quelles relations l’hygiène mentale entretenait-elle avec d’autres mouvements ?

Si ces perspectives, dans leur ensemble, méritent d’être approfondies et que les communications à leur sujet seront les bienvenues, nous proposons en outre dans cette troisième conférence de porter une attention particulière aux connexions et trajectoires des mouvements d’hygiène mentale :

  1. Les mouvements d’hygiène mentale nationaux ne peuvent être compris les uns indépendamment des autres et indépendamment du milieu institutionnel, social et politique auquel ils appartenaient. Les relations qu’ils entretenaient entre eux — et qui ont été en partie portées par des mouvements transnationaux — ont permis la circulation de modèles, d’idées et d’acteurs. Nous accueillerons avec intérêt des propositions de communication abordant ces deux grands enjeux. D’un côté, des analyses seront bienvenus sur les circulations des personnes, des savoirs et des techniques d’un contexte à un autre, qu’il soit national ou socio-politique. De l’autre, la question des mouvements transnationaux mérite d’être explorées, et notamment la constitution et l’action des mouvements internationaux d’hygiène mentale.
  2. Une question importante en suspens est l’identification de la trajectoire d’ensemble des mouvements d’hygiène mentale. En particulier si les études disponibles jettent souvent un éclairage riche sur leurs débuts, elles ont souvent peu à dire sur la disparition des mouvements de l’hygiène mentale. Cette question pourra être examinée à partir de deux perspectives. D’un côté, dans la ligne des remarques précédentes, les communications pourront insister sur les forces et processus internes aux mouvements d’hygiène mentale qui ont contribué à leur évolution. De l’autre, on sera intéressé par des analyses permettant de situer la place qu’a occupée l’hygiène mentale dans les transformations larges de la psychiatrie au cours de la seconde moitié du XXesiècle – désinstitutionnalisation, création des chimiothérapies, ou essor des mouvements d’usagers.

Cette conférence est soutenue par le Labex TEPSIS et le CERMES3/This conference is supported by Labex TEPSIS and CERMES3

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

w

Connecting to %s