Author Archive

New book – “The Inkblots: Hermann Rorschach, his Iconic Test, and the Power of Seeing” (Damion Searls)

inkblotsH-Madness readers might be interested in the newly published book The Inkblots: Hermann Rorschach, his Iconic Test, and the Power of Seeing by Damion Searls (Penguin Random House, 2017).

The publisher’s website reads:

The captivating, untold story of Hermann Rorschach and his famous inkblot test

In 1917, working alone in a remote Swiss asylum, psychiatrist Hermann Rorschach devised an experiment to probe the human mind: a set of ten carefully designed inkblots. For years he had grappled with the theories of Freud and Jung while also absorbing the aesthetic movements of the day, from Futurism to Dadaism. A visual artist himself, Rorschach had come to believe that who we are is less a matter of what we say, as Freud thought, than what we see.

After Rorschach’s early death, his test quickly made its way to America, where it took on a life of its own. Co-opted by the military after Pearl Harbor, it was a fixture at the Nuremberg trials and in the jungles of Vietnam. It became an advertising staple, a cliché in Hollywood and journalism, and an inspiration to everyone from Andy Warhol to Jay Z. The test was also given to millions of defendants, job applicants, parents in custody battles, and people suffering from mental illness or simply trying to understand themselves better. And it is still used today.

In this first-ever biography of Rorschach, Damion Searls draws on unpublished letters and diaries and a cache of previously unknown interviews with Rorschach’s family, friends, and colleagues to tell the unlikely story of the test’s creation, its controversial reinvention, and its remarkable endurance—and what it all reveals about the power of perception. Elegant and original, The Inkblots shines a light on the twentieth century’s most visionary synthesis of art and science.

For more information, click here.

For a recent NPR interview with the author, click here.

Call for chapter proposals: Literature, Trauma and the Self

CALL FOR CHAPTER PROPOSALS–LITERATURE AND PSYCHOLOGY: WRITING, TRAUMA AND THE SELF

Centuries ago, Aristotle fashioned a term that brought literature and psychology face to face: catharsis (psychological or mental purification of the feelings). From that time onwards, literature and human psyche have been correlated either by various writers, philosophers, critics, or by means of several techniques or movements. Not only was it tragedy that combined the elements of psychology with literary production, it was also novel, poetry, short story and even some psychoanalytical theories that brought psyche and literature together. There has always been a mutual partnership of the two: psychology of men and literature of men.  It was Sigmund Freud, for instance, who introduced Oedipus complex from what Sophocles held as the plot of Oedipus the King. It was Samuel Richardson who carried the earlier features of sentimental novel and the early flashes of psychological novel through his Pamela. It was Henry James who borrowed the stream of consciousness technique from psychology and introduced it to be used in literature, and then was subtly employed by James Joyce in Ulysses and by Virginia Woolf in Mrs. Dalloway. Charles Dickens, with his famous industrial novel Great Expectations, reflected the well-established norms of psychological realism. George Bernard Shaw’s Pygmalion was named after the mythological figure of Greek Pygmalionand the name was also adapted into the Pygmalion effect to emphasize the observable phenomena related to the psychology and performance of men. Similarly, Vladimir Nabokov’s Lolita became a focal work that impacted the birth of Lolita complex. Friedrich Nietzsche’subermensch (just as it is employed by Bernard Shaw in Superman)MartinEsslin’s theatre of the absurd (employed by Samuel Beckett in Waiting for Godot), Antonin Artaud’s theatre of cruelty (employed by Edward Bond in Saved) and etc. all could be tackled in terms of interrelation of human psyche and literariness.
Psychology has also some observable impacts on the writer’s writing skill. Causing extreme changes in mood, bipolar disorder is addressed by many critics to be the central origin behind creativity. Such writers and critics as John Ruskin, Virginia Woolf, Edgar Allan Poe, Alan Garner, Hams Christian Anderson and Sherman Alexei among others are known to have bipolar disorder that impacted their literary creativity. Feminist urges also produced the female creativity within some genres of literature. It was Emily Dickenson, Elizabeth Barrett Browning, Virginia Woolf, George Eliot, and Bronte Sisters that embraced the psychology of the power of female creativity on the way to writing. For that reason, psychology and literature live in each other’s pockets.
This proposal suggests a forum of differing ideas on the link between literature and psychology, psychology of writing, traumatic literature, the construction of the Self within literature, the psychology of characterization, psychoanalytical approaches, and the psychology of literary creativity.
The topics of interest include but not limited to the following titles:
Psychology of Literature
Literature of Psychology
Psychology and literary genres
Psychological theories and movements
Traumatic literature
Literature and psyche
Auto/biography and  psyche
Psychoanalytical approaches
The psychology of Self and Literature
The Psychology of Writing
Trauma and Writing
The Self and Writing
Psychology and  Creativity
Submission Procedure
Researchers and practitioners are invited to submit on or before March 31, 2017, a chapter proposal of 1,000 to 2,000 words clearly explaining the mission and concerns of his or her proposed chapter. Authors will be notified by April 30, 2017 about the status of their proposals and sent chapter guidelines. Full chapters are expected to be submitted by October 30, 2017, and all interested authors must consult the guidelines for manuscript submissions athttp://www.cambridgescholars.com/t/AuthorFormsGuidelines prior to submission. All submitted chapters will be reviewed on a double-blind review basis. Contributors may also be requested to serve as reviewers for this project.
Note: There are no submission or acceptance fees for manuscripts submitted to this book publication, Cambridge Scholars Publishing. All manuscripts are accepted based on a double-blind peer review editorial process.
Publisher
This book is scheduled to be published by Cambridge Scholars Publishing, UK. For additional information regarding the publisher, please visit http://www.cambridgescholars.com/. This publication is anticipated to be released in 2018.
Important Dates
March 31, 2017: Proposal Submission Deadline
April 30, 2017: Notification of Acceptance
October 30, 2017: Full Chapter Submission
December 30, 2017: Review Results Returned
January 30, 2018: Final Acceptance Notification
February 15, 2018: Final Chapter Submission
April 15, 2018:Manuscript delivery date
Inquiries
Editor’s Name: Önder Çakırtaş
Editor’s Affiliation: PhD, Assistant Professor, Bingol University (Turkey), Department of English Language and Literature
Editor’s Contact Information
Bingöl Üniversitesi
Fen Edebiyat Fakültesi
Oda No:D2-8 12000 Bingöl/TÜRKİYE
callforliteraturepapers@gmail.com
cakirtasonder@gmail.com

BBC video feature: Uncovering the history of madness

bedlam-main-imageUncovering the history of madness

London’s Wellcome Collection brought together various artists to create the exhibition, ‘Bedlam: the asylum & beyond‘. It tackles the rise and fall of mental asylums, and looks at how mental illness is handled now. David Beales is one of the artists taking part. He uses his first-hand experiences of living in psychiatric hospitals to create art and raise awareness around mental health issues. He told the BBC’s Dan Damon about his experiences.

To access the video interview, click here.

Revue philosophique : Théodule Ribot

ribotLe dernier numéro de la Revue philosophique (2016/4), dirigé par Jacqueline Carroy, Wolf Feuerhahn, Régine Plas et Thibaud Trochu, est consacré à Théodule Ribot (1839-1916) qui fut le fondateur et le directeur de cette revue.
À distance de toute commémoration, ce volume considère Ribot comme un entrepreneur intellectuel aux activités variées. Il propose d’explorer des facettes actuellement moins connues de ses travaux : introducteur de la médecine mentale comme  des idées et des recherches germaniques et anglo-saxonnes dans la philosophie et la psychologie françaises, Ribot publie sur Schopenhauer, se confronte à Stuart Mill, s’intéresse au sens du corps et à l’affectivité. Sa place centrale comme directeur de revue puis titulaire d’une chaire de psychologie expérimentale et comparée au Collège de France s’inscrit dans le contexte de la transformation profonde du monde universitaire de la IIIe République, de l’affirmation d’une discipline psychologique voulant rompre avec la philosophie spiritualiste comme avec le positivisme, de la reconfiguration des sciences morales et d’une transformation des relations intellectuelles internationales. Ce dossier contient l’édition critique de nombreuses lettres inédites qui dessinent à la fois des autoportraits de Ribot en correspondant et un portrait de la vie académique et culturelle de l’époque. Il est enfin complété par une bibliographie.

Sommaire

Articles

Jacqueline Carroy,  Wolf Feuerhahn,  Régine Plas,  Thibaud Trochu

Les entreprises intellectuelles de Théodule Ribot

Cette introduction présente Ribot comme un « entrepreneur intellectuel », dans le contexte de son époque. Ses différentes carrières et entreprises sont successivement détaillées et analysées. Introducteur en France dans les années 1870 des psychologies anglaises et allemandes, Ribot se présente comme ni positiviste ni spiritualiste. Il se situe au centre de la discipline philosophique en créant la Revue philosophique, qu’il dirige jusqu’à sa mort, en 1916, et qui constitue pour lui un ancrage cardinal. Sans être médecin, il donne à la psychologie française une orientation pathologique dans les années 1880. Après 1890, il entreprend de développer une psychologie de l’affectivité. La réussite institutionnelle de Ribot, qui devient en 1888 professeur au Collège de France, s’accompagne de sa réception par un plus large public, dont témoignent les multiples rééditions et traductions de ses ouvrages.

Ribot et la « demi-métaphysique » de Schopenhauer

À la parution de La Philosophie de Schopenhauer, en 1874, Ribot était déjà connu comme l’auteur de deux ouvrages qui l’avaient situé dans le champ philo­sophique français comme le promoteur d’une psychologie « positive » évolutionniste et un adversaire de toute métaphysique prétendant à la scientificité. Rien ne semblait le prédisposer à s’intéresser à Schopenhauer, dont la philosophie commençait seulement d’être introduite en France. De fait, cet ouvrage surprit les commentateurs, dont les recensions ne furent guère élogieuses. Il apparaît cependant que la lecture de Schopenhauer a incité Ribot à tempérer son credo évolutionniste et qu’elle est une des sources de la psychologie des sentiments qu’il développa à partir du début des années 1890. Ainsi, loin d’être marginale dans l’œuvre de Ribot, sa lecture de Schopenhauer a contribué à l’élaboration de la partie la plus innovante de sa psychologie.

De la Sorbonne au Collège de France, Enjeux du titre des chaires de Ribot

À l’échelle de deux ans, 1885-1887, et à quelques mètres de distance, Ribot voit le titre de ses enseignements modifié : la rue Saint-Jacques traversée, il n’enseigne plus la « psychologie expérimentale », mais la « psychologie expérimentale et comparée ». Ce changement d’allure mineure suscita une importante controverse aux enjeux théoriques, institutionnels et de personnes. L’expression « psychologie comparée » fut au cœur des débats. Charles Lévêque, figure centrale de l’Institut, la mobilisait contre l’évolutionnisme ; Ribot la redéfinit pour en faire un vecteur de son introduction en France. L’ambition méthodologique de cette analyse est de montrer l’intérêt d’enquêter sur les relations entre les dynamiques propres aux lieux de savoirs et le choix des étiquetages savants.

Mill, Ribot et la science du caractère

Infatigable promoteur d’une psychologie « nouvelle », Théodule Ribot a trouvé dans le projet éthologique de John Stuart Mill des arguments confortant sa propre conception de l’architectonique des sciences de l’esprit ; mais cette reprise du programme millien d’une « science des lois de formation du caractère » s’est aussi opérée dans le cadre d’un débat plus général sur les parts respectives de la « nature » et de la « culture » dans la détermination et la manifestation des aptitudes mentales humaines. Comme on le voit de manière exemplaire chez Ribot, cette réception française de l’éthologie s’est distinguée par une focalisation résolue sur les déterminants biologiques du caractère, qui tranche radicalement avec l’« artificialisme » psychologique de Mill et son insistance sur la « pliabilité de la nature humaine ».

Ribot et le « sens du corps »

En mettant le corps, plutôt que la conscience, au centre de l’objet de la psychologie, Ribot s’inscrit dans le prolongement de travaux issus de la physiologie et de la pathologie du xix e siècle pour élaborer la notion de « sens du corps » comme fondement de l’unité du moi. Cette notion devait connaître un important développement au xx e  siècle en psychologie et en psychanalyse.

Jacqueline Carroy

Psychologie des sentiments et mémoire affective. De Ribot à Proust

En 1894, et surtout en 1896 (La Psychologie des sentiments), Ribot baptisa sa nouvelle psychologie « affective ». La poésie symboliste, la musique, l’amour, la sexualité, la nostalgie illustraient ses nouvelles investigations. Il mit en avant un type de mémoire qu’il appela « mémoire affective ». Il supposa l’existence de souvenirs purs, affectifs et corporels et excluant des représentations mentales. Cette nouvelle orientation psychologique était liée à de nouvelles méthodes. Loin de condamner l’introspection, il publia des auto-observations, comme celle du poète Sully-Prudhomme revivant un amour de jeunesse. Le thème de la mémoire affective était sujet à controverse parmi les philosophes et les psychologues, mais il séduisait des amateurs, des critiques littéraires et des romanciers. On peut comprendre ainsi qu’il inspira l’intrigue centrale de La recherche du temps perdu de Proust.

Notes et documents
Wolf Feuerhahn,  Thibaud Trochu

Autoportraits de Théodule Ribot en correspondant

Les correspondances sont mobilisées ici non comme des clés ultimes des œuvres, mais comme des sources éclairant la pluralité des faces du scripteur. En fonction du statut des correspondances, des destinataires, le style n’est pas le même, la présentation de soi comme le contenu varient. La correspondance de Ribot qui a pu être retrouvée manifeste ainsi la pluralité des identités qu’il endosse : avec son ami Espinas, il est pourfendeur du spiritualisme universitaire ; avec l’administration, un professeur qui cherche à échapper à la province ; face à Charles Lévêque, un aspirant ; à Renouvier et Taine, un imitateur ; à Wundt ou James, l’introducteur de la science étrangère ; avec Tarde et Piéron, un faiseur de carrières ; à l’égard de X. Léon, l’aîné distant ; auprès de Lionel Dauriac, le vieil homme et son confident ; avec Bouglé et Lévy-Bruhl, le directeur de revue en quête de contributeurs.

Correspondances de Théodule Ribot

Édition annotée de lettres, pour la plupart inédites, de Ribot à différents correspondants : Célestin Bouglé, Édouard Claparède, Lionel Dauriac, Alfred Espinas, Théodore Flournoy, William James, Xavier Léon, Charles Lévêque, Lucien Lévy-Bruhl, Charles Renouvier, Hippolyte Taine, Gabriel Tarde, Wilhelm Wundt.

Références bibliographiques du fascicule

Pour plus d’informations : https://www.cairn.info/revue-philosophique-2016-4.htm

Journée d’étude : « L’expérience vécue du patient » : sens et implications pratiques (Paris, 6 décembre 2016)

journee_d_etude_lexperience_vecue_du_pat-1« L’expérience vécue du patient » : sens et implications pratiques

“Patient’s lived experience”: what it means and what it implies

*  *  *

RÉSUMÉ

Cette journée d’étude s’inscrit dans le projet ANR Normastim : « Les neurosciences de l’expérimentation à la clinique – Enjeux juridiques, philosophiques et sociologiques de la stimulation cérébrale profonde » (ANR 14 CE30-0016-01). Elle propose une réflexion interdisciplinaire fondée sur des approches philosophique, sociologique, anthropologique, médicale et soignante sur le sens et les implications de l’attention portée à l’expérience vécue du patient.

Journée d’étude internationale, Université Paris Diderot, SPHERE (UMR 7219)

Présentation

Cette journée d’étude s’inscrit dans le projet ANR Normastim : « Les neurosciences de l’expérimentation à la clinique – Enjeux juridiques, philosophiques et sociologiques de la stimulation cérébrale profonde » (ANR 14 CE30-0016-01).

Elle propose une réflexion interdisciplinaire fondée sur des approches philosophique, sociologique, anthropologique, médicale et soignante sur le sens et les implications de l’attention portée à l’expérience vécue du patient.

L’idée selon laquelle il convient de tenir compte l’expérience vécue du patient fait l’objet d’une élaboration importante, normative et critique, depuis quelques décennies dans le contexte d’une forte augmentation des maladies chroniques.

L’idée d’une prise en compte de l’expérience vécue du patient s’est nourrie de divers témoignages qui ont cherché à mettre en évidence les conséquences de ces maladies au quotidien sur la vie des personnes. Elle est tout à fait distincte de l’idée d’une participation du patient à sa prise en charge. Elle a acquis une valeur normative dans plusieurs travaux qui cherchent à en tirer les conséquences sur les « bonnes formes » de soin : notamment pour indiquer que le patient demeure « une personne » par-delà sa maladie et pour mettre en avant les altérations des modes de vie et des possibilités d’action et de projet offertes à la personne, suscitées par la maladie

En prenant pour point de départ ce discours sur l’expérience vécue d’un patient, la journée d’étude a pour premier objectif d’explorer sa signification pour les personnes atteintes de pathologies prises en charge par stimulation cérébrale profonde, et d’en analyser les éventuelles spécificités.

La journée d’étude vise aussi à ouvrir la réflexion à un questionnement moins exploré à ce jour sur l’expérience vécue du patient : lorsque celui-ci est pris en charge, celle-ci peut-elle consister dans une forme de retour à une vie (plus ou moins) ordinaire ? Les équipes médicales sont-elles « intéressées » de façon directe à ce retour ? Pour quelles raisons s’intéresseraient-elles à cette vie ordinaire du patient ? La journée se propose d’aborder ces questions sur un mode comparatif, en intégrant des réflexions au sujet d’autres contextes thérapeutiques que celui de la stimulation cérébrale profonde.

Conception scientifique

  • Sonia DESMOULIN-CANSELIER, chargée de recherche en droit, Droit et Changement Social, UMR 6297, CNRS-Université de Nantes
  • Marie GAILLE, directrice de recherche en philosophie, SPHERE, UMR 7219, CNRS-Université Paris Diderot
  • Baptiste MOUTAUD, chargé de recherche en anthropologie, LESC, UMR 7186, CNRS-Université Paris Lumières

Programme

9:00 – 9:30 Accueil

Matinée : 9:30 – 13:00

Présidents de séance : Céline CHERICI et Philippe DAMIER

Introduction

  • Marie GAILLE , Ce que soigner une maladie chronique veut dire : quelle alliance entre médecine et « humanités » ?
  • Elsa GISQUET (sociologue, chercheure au CSO, CNRS-Sciences Po), Cerebral implants and Parkinson’s disease : A unique form of biographical disruption ?
  • Marilena PATERAKI (historienne des sciences, doctorante, département de philosophie et d’histoire des sciences, National and Kapodistrian University of Athens), Experiencing DBS in Greece : Parkinson’s Disease temporality and patients’ contradictory voices
  • Mathilde LANCELOT ( philosophe, doctorante, SPHERE, UMR 7219, CNRS-Université Paris Diderot), Peut-on parler de « soin » en neurologie ? Application au sujet parkinsonien.
  • Baptiste MOUTAUDSCP et expérience vécu du malade : que peut-on retirer de la comparaison entre neurologie et psychiatrie ?

Après-midi : 14:00 – 17:30

Présidents de séance : Céline CHERICI et Philippe DAMIER

  • John GARDNER (sociologue, Research Fellow SATSU, York University), Deep brain stimulation in children : the institutionalization of biopsychosocial explanatory models of disease ?
  • Stéphanie FRANÇOIS (psychologue clinicienne, service de neurologie, CHU Nantes), La perception de soi dans le miroir de la neurostimulation en neurologie.
  • Marie-Laure WELTER (neurologue, Hôpital de La Pitié-Salpêtrière, coordinatrice du LabCom Brain e-novation, Institut du Cerveau et de la Moëlle épinière)), Eviter la désadaptation sociale chez les patients parkinsoniens après stimulation cérébrale profonde : une étude pilote de programme psychoéducatif
  • Julie HENRY (philosophe, chercheure-assistante au Centre de lutte contre le cancer Léon Bérard, associée à SPHERE), Voir la personne derrière la pathologie : d’une norme à sa mise en pratique.

Discussion générale et conclusion

Organisation

Nad Fachard, Laurent Lemoine, Patricia Philippe, Virginie Maouchi, (CNRS, SPHERE), avec l’aide d’Alice Quercy

Informations pratiques

Université Paris Diderot, bâtiment Condorcet,

10, rue Alice Domon et Leonie Duquet, 75013 Paris – plan d’accès

CfP: Reading Bodies, Writing Minds (Nottingham, April 2017)


stock-imageDate: 
13th April 2017

Location: Highfield House, University of Nottingham, University Park Campus

Reading Bodies, Writing Minds is a one-day conference to be held at the University of Nottingham on 13 April 2017. The conference will investigate representations from the arts and social sciences of suffering, seeing, and treating mental illness. This interdisciplinary event is intended to foster communication between different study areas and subjects and to that end we invite abstracts addressing historical and modern entanglements of medicine and the humanities. The conference’s two keynote speakers are Dr. Mary Ann Lund of the University of Leicester, specialising in Elizabethan-era melancholy, and Dr. Chantelle Saville of the University of Auckland, speaking on medieval theory of emotion.

For colleagues who wish to be considered to present a paper (not in excess of 20 minutes in length), please submit by 1st February 2017 an abstract of no more than 250 words outlining the paper and the area of research.

Submissions might include, but are not restricted to, the following topics:

  • Historical perspectives on mood and emotion.
  • Metaphors and artistic forms commonly or historically associated with mental health.
  • Modern treatments or analogues of historical artistic approaches to mental health.
  • How medical texts and texts about mental health and illness represent and construct their ideal reader.

All accepted papers will be considered for peer-review and potential publication in an edited volume of conference proceedings. This event is supported by funding from the Arts and Humanities Research Council and the Midlands 3 Cities organisation.

Abstracts should be sent to: MedicalHumanities2017@gmail.com.

For general enquiries: please email the above address and address to Martin Brooks.

Panelists wanted: Jewish Mysticism and the Psy-Disciplines, World Congress of Jewish Studies (Jerusalem 2017)

Beit Alpha Synagogue floor

Call for panelists for the World Congress of Jewish Studies (Jerusalem, August 6-10, 2017) 
Proposed panel: Jewish Mysticism and the Psy-Disciplines We are putting together a proposal for one session at the World Congress of Jewish Studies focused on  jewish mysticism and the psy-disciplines. We are looking for participants for a session on the relation between jewish mysticism and the psy-disciplines. We are looking for contributions discussing the influence of Jewish mystical thought on different psy-disciplines – psychology, psychiatry, psychoanalysis, psychotherapy – in past and present, and for contributions that use perspectives of these disciplines to approach different aspects of Jewish mysticism, including mystical experiences, movements, and individuals. 
Please contact us for further information and/or send the title and an abstract of your paper by November 30th to: farina.marx@hhu.de or  david.freis@uni-muenster.de 
Farina Marx, M.A. Heinrich-Heine-Universität Institut für Jüdische Studien Universitätsstr. 1 40225 Düsseldorf (Germany) 
Dr. David Freis, M.A. Westfälische-Wilhelms-Universität Münster Institut für Ethik, Geschichte und Theorie der Medizin Von-Esmarch-Strasse 62 48149 Münster (Germany) 
%d bloggers like this: