Recent Dissertations in the History Psychiatry and Clinical Psychology

Thanks to the tireless efforts of Jonathon Erlen (History of Medicine Librarian, Health Science Library System at the University of Pittsburgh), we have a ready guide to recent doctoral dissertations in North America – harvested from the January 2011 volumes of Dissertation Abstracts – pertaining to the history of psychiatry and medicine.  The list can be found here.

CfP: “Crimes of Passion: Representing Sexual Pathology in the Early 20th Century”

Crimes of Passion: Representing Sexual Pathology in the Early 20th Century

Münster, Germany
24-26 July 2013

The discourse on sexual pathology claimed a central position in modern European culture almost as quickly as it began to establish itself as a scientific discipline. The bonds between science and culture seem all the more visible when it comes to the science of sexual deviance, as many sexual scientists were quick to point out in their works. Without empirical or statistical material at hand, the scientists turned to other sources of knowledge in order to legitimize and systematize sexual pathology. Their earliest case studies came from literature. Indeed, certain authors found themselves under examination, as sexual themes in their books were treated as evidence of pathological fantasies. These literary perversions became the basis for sexual pathologists’ scientific interpretations and psychological analyses. As part of the formation and development of the discipline, the connection between sex and crime also played a central role in the scandals, injustices, and power struggles associated with sexual pathology in the early 20th century.

The popular reception of works by Richard Krafft-Ebing, Magnus Hirschfeld, or Erich Wulffen, in addition to their contested scientific reception, attest to a wide interest in social deviation with sexual deviants being just one particularly scandalous branch of alterity. Indeed, deviation is the Other to that which is socially accepted, legitimate, an institutionalized. Social deviance by definition breaks course from what is construed as “normal.” The deviant breaks with the social order and, depending on the particular historical and political configuration, might be dealt with as a criminal. The debate surrounding Paragraph 175 of the German penal code that made sexual relations between people of the same sex illegal highlights the virulent history of how sexual deviance and crime were yoked together. Paragraph 175—enacted in the 19th century, but which was not completely repealed until 1994—brought certain sexual relations with their own specific social and cultural sanctions into the juridical realm of penal codes and state regulation. A significant part of this new institutionalization of sexual deviance (both academically and in terms of the law) involved thematizing gender roles, especially questions of “the female.” The pathologization of femininity was famously and scandalously presented by Otto Weininger in his Geschlecht und Charakter, a work that marks another controversial episode in the history of sexual pathology and modernism.

The conference Crimes of Passion focuses on the triad of sexuality, criminology an literature during the early decades of the 20th century. We invite contributions that deal with representations and theories of sexual deviance broadly conceived. Especially welcome are papers that look at the interchange between literature, philosophy, criminology, and sexology. We also encourage contributions that address questions of sexual pathology at the beginning of the 20th century from a variety of fields and disciplines including but not limited to anthropology, sociology, history, art history, gender studies, or musicology.

Paper topics might present historical discussions of:
–representing criminalized femininity/masculinity
–reception of sexual theories in literature and popular culture
–representing and theorizing perversion
–intersections of criminal, sexual and political/social discourses
–the politics of sexual crimes
–anthropological aspects of sexual pathology
–cultural criticism and sexual pathology

We plan on publishing a selection of essays based on the papers presented at the conference.

Please submit abstracts (250 words max.) and a short bio (50 words max.) by 15 February 2013 to japhet.johnstone@uni-muenster.de and oliver.boeni@uni-muenster.de. We will inform you of our decision by 1 March 2013.

Neuerscheinung: Abweichung und Normalität

UMS2140.indd

Im Dezember 2012 erschien im transcript Verlag ein Sammelband zur deutschen Psychiatriegeschichte. Der Titel des von Christine Wolters, Christoph Beyer und Brigitte Lohff herausgegebenen Bandes lautet: Abweichung und Normalität. Psychiatrie in Deutschland vom Kaiserreich bis zur deutschen Einheit.

Die Entwicklung der Psychiatrie im Deutschland des 20. Jahrhunderts war von Radikalität, Stagnation und Reformwillen gleichermaßen geprägt. Dieser Band präsentiert aktuelle Forschungsergebnisse zur psychiatrischen Praxis und ihren Institutionen vom Kaiserreich bis zur Deutschen Einheit.  Der Alltag von Psychiatriebetroffenen im Spiegel der Entwicklung der Anstalten und die Veränderung therapeutischer Ansätze werden dabei ebenso analysiert wie die Perspektive der Patienten, ihrer Angehörigen und der Öffentlichkeit auf die Psychiatrie.

Die fundierte Bestandsaufnahme bietet einen facettenreichen Blick auf die Brüche und Kontinuitäten der deutschen Geschichte psychiatrischen Handelns.

Weitere Informationen zum Buch.

Wonder: Art and Science on the Brain (London, Spring 2013)

The understanding of human thought, emotion, behaviour and expression are common to both neuroscience – the study of the brain and the nervous system – and to many artists working across visual arts, music, theatre, performance and film. Wonder brings together the Wellcome Trust and the Barbican for the first time – two cutting-edge organisations from both fields creating a rich season of events that explores and is inspired by where art and neuroscience collide.

Highlights include a music inspired performance lecture by Marcus du Sautoy; Ruby Wax giving a personal insight into her journey from the heights of fame to depression; a film season exploring mental health on the big screen; Salon a Parisian theatrical 19th century styled event that allows you to debate the big topics of 21st century; a science and art inspired Barbican Weekender – and a feast of other events that invite you to think, to explore and to wonder.

For more information, click here.

Article: Shell Shock in New Zealand

The February issue of Social History of Medicine has just been released online and contains an article by Gwen A. Parsons entitled “The Construction of Shell Shock in New Zealand, 1919–1939: A Reassessment.” The abstract reads:

This article explores the competing constructions of shell shock in New Zealand during and after the Great War. It begins by considering the army’s construction of shell shock as a discipline problem, before going on to consider the medical profession’s attempts to place it within a somatic and then psychogenic paradigm. While shell shock was initially viewed as a psychogenic condition in New Zealand, within a few years of the end of the war it had become increasingly subject to medical understandings of the psychiatric profession, who dominated the treatment of the mentally ill. It is the psychiatric understanding of shell shock which generally defined the treatment of shell shocked veterans within New Zealand after the war. In addition, this medical definition shaped but did not entirely define the government’s repatriation response to shell shocked soldiers. In a number of cases the government saw its responsibility to shell shocked soldiers as going beyond the limits of the psychiatric paradigm, and it responded positively to the veteran lobbying for extensions to the repatriation provisions for shell shocked soldiers. This article concludes by considering why the treatment of New Zealand’s shell shocked soldiers has generally been viewed so negatively within the national historiography.

For more information, click here.

UC Davis Disability Studies Blog

About once a month, the editors of the UC Davis Disability Studies Blog post a listing of recently published historical articles about disability (somewhat broadly defined).

Some of the ones published this month might be of interest to H-Madness readers. Titles and abstracts below:

Coleborne, Catharine. “Insanity, Gender, and Empire: Women Living a ‘Loose Kind of Life’ on the Colonial Institutional Margins, 1870-1910,” Health and History 14(1)(2012): 77-99.

This article examines how female immigrants were characterised inside the Yarra Bend Asylum in Melbourne, Victoria (Hospital for the Insane after 1905), once they slipped into the world of the institutionally ‘hidden.’ Forms of social difference inside colonial institutions for the insane were embedded in patient case records. This article argues that through a closer examination of cases of female immigrants, we might find out more about gender relations in colonial situations. In particular this article returns to ideas about women patients and constructions of these women through case records to uncover new interpretations of this material in the Australasian context. To do this, it sets out specific ways of reading patient cases and teases out the importance of these frameworks for making some kind of synthesis of the ways in which institutionalised people–already at the margins of society–were further marginalised inside institutional populations through specific practices. It examines immigrant women in the hospitals for the insane; the cases of women designated as living so-called ‘loose’ lives who also ended up inside the institution for the insane; and finally concludes with a commentary about the descriptive power of cases and the production of concepts of gender, class, and race difference within their pages.

Dawson, Maree. “Halting the ‘Sad Degenerationist Parade’: Medical Concerns about Heredity and Racial Degeneracy in New Zealand Psychiatry, 1853-99,” Health and History 14(1)(2012): 38-55.

Historians have focused on early twentieth-century positive eugenics in New Zealand. In this article, I argue that the response came from a tradition of concern about heredity and white racial degeneracy, which extended beyond the British Empire. This article focuses on concerns about heredity at the Auckland Mental Hospital between 1850 and 1899, and contextualises these concerns in New Zealand mental hospital statistics from the late–nineteenth century. This article also considers Australasian, British, North and South American medical and immigration legislation history, and contrasts this with the legislation and medical discourses which formed part of a fear of heredity, racial degeneracy, immigration and mental illness in New Zealand.

Hide, Louise. “Making Sense of Pain: Delusions, Syphilis, and Somatic Pain in London County Council Asylums, c. 1900,” Interdisciplinary Studies in the Long Nineteenth Century 15(2012) [open-access at http://www.19.bbk.ac.uk/index.php/19/article/view/651]

During the late nineteenth century, a high percentage of male deaths in asylums was attributed to various forms of tertiary syphilis, most notably General Paralysis of the Insane (GPI) and tabes dorsalis. It was not unusual for patients to present symptoms of both conditions, the latter of which could be agonizingly painful. Some patients also suffered from persecutory delusions, believing that electricity was running through them or that their limbs were gnawed by lions and wolves at night. Drawing on a theory advanced by a number of key alienists and pathologists of the period, I suggest that these delusions were misinterpretations of felt sensations and, as such, illusions rather than delusions. Despite the well-known problems around using these historical sources, I contend that recorded delusions in asylum case notes can be treated as narratives of pain that provide invaluable insights into patients’ subjective experiences.

McCarthy, Angela. “Connections and Divergences: Lunatic Asylums in New Zealand and the Homelands before 1910,” Health and History 14(1) (2012): 12-37.

This article argues for the blending of local, national, and transnational perspectives to explore comparative issues relating to asylum developments and provisions in New Zealand. It also aims to highlight some issues preoccupying authorities of the time and in doing so focuses on three key areas that generated comparative comment among medical officials in the nineteenth and twentieth centuries: asylum provision and funding, statistics, and forms of committal. These areas were of concern due to claims that insane patients were deliberately being shipped to New Zealand: that the colony had high admission and recovery rates; and that asylums in the colony were overcrowded. The findings presented here suggest that not only were certain aspects of New Zealand’s asylum provision and population distinctive from the homelands, but there were also differences between asylums in the colony.

Vreugdenhil, Anthea. “‘Incoherent and Violent if Crossed’: The Admission of Older People to the New Norfolk Lunatic Asylum in the Nineteenth Century,” Health and History 14(2)(2012): 91-111.

While many older people were admitted to lunatic asylums in nineteenth-century Australia, we know little about this group or the reasons for their admission. To address that gap, this article explores the admission of people aged sixty years and over to the New Norfolk Lunatic Asylum (Tasmania) from 1830-99, through the analysis of the asylum’s admission register. Older people comprised 328 (14 percent) of the 2,258 admissions during that period, with the majority being men. Many of the older people admitted to the asylum were single and poor, but a surprising number had families and financial means, suggesting a complexity of circumstances surrounding admission. Three case studies provide further insight into these admissions and asylum life more generally.

For a complete list of articles, click here.

Jean-Bertrand Pontalis (1924-2013)

Le psychanalyste et écrivain Jean-Bertrand Pontalis est décédé ce mardi 15 janvier à l’âge de 89 ans. Co-auteur (avec Daniel Laplanche) du Vocabulaire de la psychanalyse, fondateur de La Nouvelle Revue de Psychanalyse, récipiendaire en 2011 du Grand Prix de Littérature de l’Académie française pour l’ensemble de son oeuvre, Pontalis fait l’objet de plusieurs articles publiés immédiatement à l’annonce de sa mort. Un article publié mardi sur le site de France Culture contient des informations biographiques ainsi que des extraits audio d’entrevues récentes :

A l’écoute de Jean-Bertrand Pontalis

Psychanalyste, écrivain, éditeur et philosophe, Jean-Bertrand Pontalis est mort dans la nuit de lundi à mardi. Il avait 89 ans.

Elève, au lycée, de Jean-Paul Sartre, il a collaboré à la revue Les Temps Modernes (1946-1948) et a été reçu à l’agrégation de philosophie.

Dès lors, sa carrière professorale le conduira à enseigner successivement aux lycées d’Alexandrie (1948-1949), Nice (1949-1951) et Orléans (1951-1952).

Avec le soutien du philosophe Maurice Merleau-Ponty, il fait son entrée au CNRS, tout en poursuivant une analyse didactique avec Jacques Lacan.

Dans les années 60, avec Jean Laplanche et sous la direction de Daniel Lagache, il entreprend l’important travail qui aboutira, en 1967, au “Vocabulaire de la psychanalyse“. Une somme de référence qui connut un grand succès en France et à l’étranger, grâce à de nombreuses traductions. Avant qu’il ne fonde “La Nouvelle Revue de Psychanalyse”.

J.B. Pontalis faisait partie depuis 1979 du comité de lecture des éditions Gallimard, pour lesquelles il avait créé les collections  “L’Un et L’Autre” et “Connaissance de l’Inconscient“.

Pour le reste de l’article, cliquer ici.

Elisabeth Roudinesco signe quant à elle un article dans Le Monde :

L’analyste qui ne se prenait pas pour un analyste

Né à Paris le 15 janvier 1924, Jean-Bertrand Lefèvre-Pontalis, surnommé «Jibé», est mort à Paris le jour de son anniversaire.  Issu de la grande bourgeoisie française, petit-fils du sénateur Antonin Lefèvre-Pontalis et petit neveu de l’industriel Louis Renault, il n’aimait guère qu’on lui rappelât sa généalogie dont pourtant il faisait état dans ses récits autobiographiques.

De son enfance, il retiendra dans un court récit daté  de 2006 (Frère du précédent, Gallimard), la relation difficile qu’il entretint avec son frère ainé : «Même s’il est mort depuis quelques années, je n’arrive toujours pas à savoir s’il me détestait ou s’il m’aimait. Mais, ne serait-ce que par pudeur, je ne voulais pas m’en tenir à une simple description de cette relation. J’ai donc choisi de m’intéresser, par le moyen d’une série de jeux de miroirs, à d’autres couples de frères, réels ou de fiction : Marcel et Robert Proust, Vincent et Théo Van Gogh, les frères Champollion. Ou encore les Goncourt : à la mort du cadet, Jules, on surnomma le survivant « la veuve » — le mot « couple » prend là toute sa force.»

Pontalis appartenait à la troisième génération psychanalytique française, dont il fut, avec Wladimir Granoff, Serge Leclaire et Jean Laplanche, l’un des plus brillants représentants. Charmeur, pétillant d’intelligence, doué d’un joli talent littéraire et d’un don d’imitation étonnant, il remporta, sa vie durant, tous les succès possibles, sans jamais se séparer de la maison Gallimard à laquelle son nom reste attaché. Il y fut auteur, éditeur, directeur collection et membre du comité éditorial. En 2011, il reçut le grand prix de l’Académie française pour l’ensemble de son oeuvre, composée d’une vingtaine d’essais et de romans et de plusieurs dizaines d’articles.

C’est au lendemain de la Deuxième Guerre mondiale que « Jibé », très engagé à gauche, passe l’agrégation de philosophie. Il exerce le métier de professeur et choisit Pontalis comme nom de plume. Dans la foulée de l’enseignement de Maurice Merleau-Ponty, il s’intéresse à la phénoménologie et dés 1945, il publie des notes de lectures dans la revue Les Temps modernes. Une dizaine d’années plus tard, il devient officiellement le porte-parole de la psychanalyse dans la revue de Jean-Paul Sartre, tout en étant aussi proche de Daniel Lagache que de Jacques Lacan avec lequel il effectue son analyse didactique au sein de la Société française de psychanalyse (SFP). Admirant l’oeuvre de Lacan mais refusant de voir en lui un «maître à penser», il réalise pour le Bulletin de psychologie une belle transcription résumée de plusieurs de ses séminaires, qui reste aujourd’hui une source majeure utilisée par de nombreux chercheurs.

Au moment de la rupture entre Sartre et Merleau-Ponty, il ne quitte pas la revue et entrera en 1962 au comité de rédaction. En 1960, il signe le Manifeste des 121 en faveur du droit à l’insoumission dans la guerre d’Algérie et deux ans plus tard il décide, comme bon nombre de ses amis, de ne pas suivre Lacan lors de la deuxième scission du mouvement psychanalytique. Aussi bien devient-il, en 1964, avec d’autres, l’un des membres importants de la l’Association psychanalytique de France (APF) qu’il ne quittera jamais. Et c’est avec Laplanche qu’il rédige le Vocabulaire de la psychanalyse (PUF, 1967) qui sera traduit en vingt-cinq langues et dont la valeur ne s’est jamais démentie même si l’ouvrage n’a pas été réactualisé.

En 1966, Pontalis prend son indépendance une deuxième fois en créant chez Gallimard la plus prestigieuse collection psychanalytique de la scène freudienne française : «Connaissance de l’inconscient». Il y fera paraître de grands classiques, depuis les textes et les correspondances de Freud jusqu’aux oeuvres de Donald Woods Winnicott ou de Masud R. Khan, en passant par La forteresse vide de Bruno Bettelheim.

“UNE FONCTION, PAS UN ÊTRE”

Trois ans plus tard, hostile au milieu psychanalytique et au structuralisme, Sartre décide publier dans Les temps modernes un étrange manuscrit anonyme dans lequel un patient raconte sa révolte en tentant d’imposer à son analyste la présence d’un magnétophone. Dans son commentaire, et tout en affirmant qu’il n’est pas un «faux ami» de la psychanalyse, il affirme que ce texte témoigne de l’irruption du sujet contre une pratique figée dans l’orthodoxie.

Face à ce qu’il considère comme une agression, Pontalis préfère quitter la revue. Après la mort de Sartre, il éditera dans sa collection le superbe Scénario Freud accompagné d’un commentaire dans lequel il expliquera que Sartre a fabriqué pour lui-même un Freud à son image.

En 1970, il fonde La nouvelle revue de psychanalyse dont il arrêtera la publication en 1994, faute d’avoir eu envie de lui désigner un successeur. Dans les cinquante livraisons de cette revue, qui fut la meilleure de tout le champ psychanalytique français, se retrouve la volonté, typique chez Pontalis, de mêler la psychanalyse à la littérature, à l’art et à toutes les disciplines des sciences humaines, sans jamais déroger à ce qui lui semblait la condition première de tout travail d’écriture : rendre sensible sans l’effacer l’empreinte de l’inconscient dans des textes légers et dépourvus de toute allégeance à un maître ou à un système de pensée.

Et c’est dans la même perspective, qu’il crée en 1989, toujours chez Gallimard, une élégante collection : L’un et l’autre : «Psychanalyste, c’est une fonction, pas un être, disait-il en 2010, ce n’est pas une identité. J’espère par exemple ne pas l’être avec mes proches, ne pas les bombarder d’interprétations plus ou moins sauvages. Et puis, même parfois dans mon cabinet, je ne le suis pas toujours non plus. Quand j’étais psychanalyste débutant, je me demandais ce que je faisais là : de quel droit ? Je dis souvent que se prendre pour un analyste est le commencement de l’imposture. Et si j’ai réussi à le devenir, c’est bien parce que je ne me suis pas pris pour un analyste.»

Pontalis avait toujours affirmé qu’il n’aimait ni les études savantes ni les archives. Il brûlait papiers et lettres mais conservait toutes sortes de photographies  collées dans des albums ou dispersées devant les livres de sa bibliothèque. C’est pourquoi il eut à coeur, à travers une oeuvre composite et toujours en effervescence, de rédiger de courts récits savamment construits et destinés à donner l’illusion que le temps n’a pas d’âge.

On en trouve la quintessence dans un joli opuscule, Avant, publié en 2012 :  «C’était mieux avant», dit-il, en pastichant le Je me souviens de Georges Pérec, dont il fut le deuxième analyste entre 1971 et 1975 : «C’était mieux «quand le mot Révolution était porteur d’espoir»  ou «quand Lacan(…) n’avait pas encore fabriqué de lacaniens» ou encore «quand Sartre n’était pas célèbre» et «quand j’allais danser au Bal nègre, rue Blomet».

On ne saurait mieux dire s’agissant d’un psychanalyste qui, à la fin de sa vie, était exclusivement tourné vers le passé et qui considérait que dans la cure «le silence est la condition de la parole.»

Elisabeth Roudinesco 

Roudinesco parle également de Pontalis dans un entretien publié mardi sur le site du Nouvel Observateur.

Dans Libération, Robert Maggiori signe enfin l’article suivant :

J.B. Pontalis, passeur initial

Longtemps on n’a pas su qui était «Jibé». Ni pourquoi il rendait inidentifiable son prénom – un peu comme J.M. Coetzee, J.-M.G. Le Clézio ou G.K. Chesterton. Coquetterie ? Plutôt désir de se cacher, de se mettre en arrière, à la place du souffleur, du montreur d’ombres, du régisseur, du passeur. Et, bien sûr, du psychanalyste, dont le rôle est d’écouter plutôt que de se dire.

Dans l’Enfant des limbes, «Jibé» – Jean-Bertrand Pontalis – raconte qu’après son mariage, à 21 ans, il ne savait toujours pas quoi faire «plus tard», qu’il désirait être acteur, journaliste, instituteur ou, suivant les conseils de sa mère qui avait un ami travaillant dans les transports, camionneur. Il sera, un temps, speaker à la radio, et eût pu le demeurer sans les appels de… Spinoza, de Merleau-Ponty et de Sartre – dont il avait été l’élève au lycée Pasteur et qui, pour ses premiers pas sur les terrains philosophiques, sera d’une certaine manière son Virgile.

Dévotion. Il avait déjà commencé à écrire dans les Temps modernes lorsque, en 1948, il est reçu à l’agrégation de philosophie. Le voilà professeur, statut plus conforme à celui de la famille bourgeoise dont il est issu : il enseignera aux lycées d’Alexandrie, de Nice et d’Orléans, avant d’entrer au CNRS.

Mais il aimait trop les mots pour se contenter de simplement les proférer devant un jeune auditoire qui, parfois, les prenait avec dévotion. La parole n’est parole que si, inlassablement, elle se donne et s’accueille. C’est sans doute ce qui le poussa à vouloir «apprendre en écoutant», à devenir psychanalyste.

L’ombre de Sartre l’avait déjà quelque peu paralysé : en entreprenant une analyse didactique, il se met entre les mains d’un autre «monstre sacré» qui risquait de le phagocyter : Jacques Lacan. Lacan ne le «mangera» pas : il en fera son élève préféré, et «Jibé» ne regrettera jamais d’avoir choisi d’être psychanalyste : «J’aimerais n’avoir jamais écrit une ligne qui ne me soit venue de ce que les patients m’ont permis de deviner.»

Il se sépare de Lacan en 1964, lorsqu’il fonde avec Jean Laplanche, Daniel Lagache, Wladimir Granoff et Didier Anzieu l’Association psychanalytique de France (APF), membre de l’International Psychoanalytical Association (IPA). Auparavant, Pontalis avait appartenu, entre 1953 et 1963, à la Société Française de psychanalyse (SFP), et, durant ces années, entrepris avec Laplanche la rédaction du Vocabulaire de la psychanalyse, qui sortira en 1967 (PUF), sera traduit dans une vingtaine de langues, et deviendra ce que le «Lalande» était aux philosophes, le «Gaffiot» aux latinistes et le «Bailly» aux hellénistes, c’est-à-dire un ouvrage de référence obligée qui, dans le cas de la psychanalyse, avait l’énorme avantage de mettre au point toute la conceptualité freudienne. Le nom de Pontalis, au prénom caché, sera désormais attaché à cette «somme» (ce qui finira par l’agacer quelque peu).

Son autre œuvre, aussi féconde mais toujours «dans l’ombre», sera celle d’éditeur : déjà fondateur de la Nouvelle Revue de psychanalyse, il crée chez Gallimard, outre «L’un et l’autre», la collection «Connaissance de l’inconscient», qui aura un rôle décisif dans la diffusion de la pensée des plus grands auteurs de l’histoire de la psychanalyse : Bruno Bettelheim, Georg Groddeck, Melanie Klein, Ludwig Binswanger, Robert Stoller, Donald W. Winnicot…

La place de Jean-Bertrand Pontalis dans la psychanalyse est donc «historique» : il en a précisé le langage et fait entendre la langue de ceux qui la pratiquaient, y compris, bien sûr, la sienne propre, celle de ses textes théoriques.

Sagesse. Les dernières années, de son amour des mots, il a témoigné dans de courts ouvrages littéraires. La même écoute s’y manifeste. La même prédilection pour les «ouvertures», «les allées buissonnières et les débords» (En marge des jours, En marge des nuits, Fenêtres…). Les portes font clôture en effet, emmurent les «sales petits secrets», empêchent les voix de faire chœur, quand les fenêtres filtrent, établissent entre le dedans et le dehors, l’œil et le paysage, la voix et l’écoute, l’accueil et la donation, un entre-deux plus ambigu, plus intrigant et intéressant.

Comme la psychanalyse, la littérature lui a semblé être un moyen de séjourner dans ce «royaume intermédiaire». Non pour y capter ni y figer les mots, mais pour les accueillir comme on les accueille en séance : avec une «attention flottante». Dès lors ils pourront porter des souvenirs de lectures, des mots d’enfants («Les rêves, c’est quand ça reste dans la tête, les cauchemars, c’est quand ça vient dans la chambre»), des odeurs et des vieilles peurs, des lambeaux de phrases qui, entendues du divan, reviennent dans les récits encore nimbées de souffrance, lourdes de désir et de vie, des noms qu’on n’a su prononcer, des silences qu’on n’a pu briser. Il voulait ainsi distribuer à ses lecteurs quelques grains de cette sagesse acquise par les longs exercices d’écoute de ses patients, l’écoute de ce qui rend la vie impossible à porter, la recherche de ce qui, usant les souffrances, arrive à la faire porter malgré tout.

Jean-Bertrand Pontalis est né le 15 janvier 1924. Il est mort hier, un 15 janvier. On ne sait comment il aurait interprété cette coïncidence, ni quels termes il eût choisis pour le faire, de psychanalyse ou de littérature.

Robert Maggiori

En attendant de lire plus de témoignages, voici un lien vers l’hommage que lui rendait mardi le site Télérama.fr ainsi qu’un interview vidéo que donnait Pontalis l’année dernière à la sortie de son dernier livre, Avant.

%d bloggers like this: