Review – Joost Vijselaar, Het gesticht

Le livre de Joost Vijselaar, professeur d’histoire de psychiatrie à l’université d’Utrecht, est issu d’un plus large projet de recherche plus large relatif à l’histoire de la psychiatrie au Pays-Bas, projet de recherche mené par Marijke Gijswijt-Hofstra et Harry Oosterhuis. Plusieurs autres ouvrages sont nés de ce projet dont une synthèse sur le sujet et une étude sur la professionnalisation des psychiatres hollandais, alors que celui-ci se focalise sur l’histoire des patients. Depuis l’article séminal de Roy Porter sur cette thématique, publié en 1985 et intitulé ‘The patient’s view’, l’historiographie internationale commence à produire un corpus d’études conséquent sans cependant provoquer une révolution copernicienne dans l’écriture de l’histoire de la médecine, toujours largement dominée par les médecins et leurs découvertes scientifiques. Vu la multiplicité des sujets qu’offre une histoire de cette discipline appréhendée à travers les patients, Joost Vijselaar a décidé de se concentrer sur une problématique en particulier: l’entrée et la sortie des patients. En se basant sur un échantillon de dossiers médicaux de trois institutions psychiatriques des Pays-Bas, l’auteur retrace avec beaucoup de détails les conditions sociales et médicales qui conduisent le plus souvent la famille à faire appel à une institution psychiatrique. L’entrée à l’asile proprement dite est ensuite décrite en examinant aussi bien des critères de classe que de genre et de génération. Après un chapitre sur les traitements qui sort un peu de la trame du reste du livre mais qui est d’actualité, Vijselaar accompagne alors les patients sur le chemin inverse, vers la sortie de l’institution psychiatrique. L’auteur bascule habilement entre étude quantitative et qualitative. Il démontre le rôle central des asiles dans la gestion sociale de populations marginalisées. Il convainc également par son plaidoyer de tenir davantage compte d’autres acteurs comme la famille ou la police pour comprendre la psychiatrie. Het gesticht est une étude d’histoire sociale convaincante sur l’histoire des patients en psychiatrie dans le premier vingtième siècle. Trois choix de l’auteur invitent néanmoins à discussion. Le premier, ce sont les frontières chronologiques. L’auteur commence son étude vers 1890, à un moment où le modèle asilaire se stabilise dans la plupart des pays européens. Il clôt son récit en 1950, arguant que l’introduction des neuroleptiques, le changement de la nature des patients et l’ouverture vers une psychiatrie moins fermée constitue une véritable rupture. Cette apparente cassure n’est cependant pas étudiée, mais simplement postulée. Ce récit proposé par les psychiatres commence à être réinterrogé de plus en plus sérieusement par les historiens. L’expérience des patients auraient pu éclairer davantage la discussion. Deuxièmement, dans un livre qui retrace l’histoire de tels patients, j’aurai aimé lire davantage la parole de ces « reclus ». Or leur histoire est essentiellement racontée à travers les écrits des médecins. Certes travailler avec les lettres, dessins, histoires rédigés par les patients pose de nombreux écueils méthodologiques, mais si on ne veut pas doubler l’enfermement asilaire par un enfermement historiographique, il faut trouver des moyens d’intégrer les narrations de leur vécu dans l’histoire de la psychiatrie. Troisièmement, l’auteur a choisi l’échelle locale comme angle d’approche et je partage avec lui la conviction que ce regard est particulièrement riche. Mais je pense également que cette méthode n’a de sens que lorsque l’auteur, à un moment ou un autre de son écriture, pratique ce que Jacques Revel a appelé le « jeux d’échelles » et se frotte notamment aux grands récits qui sont légion et souvent contradictoires pour l’histoire de la psychiatrie.

Benoît Majerus

Joost Vijselaar, Het gesticht. Enkele reis of retour, Amsterdam, Boom, 2010.

Ce compte-rendu a également été publié dans studium 3 (3), 2010, p. 64.

  1. No trackbacks yet.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: