Colloque : “Les usages des rêves. Lieux, savoirs, fictions” (Paris, 30 septembre – 2 octobre 2015)

Colloque : Les usages des rêves. Lieux, savoirs, fictions

30 septembre-2 octobre 2015, Bâtiment Le France, Paris

Colloque : Les usages des rêves. Lieux, savoirs, fictions

Lieu

Bâtiment Le France

Salle du Conseil

190 avenue de France

75013 Paris

M° Bibliothèque François Mitterrand (14) ou Quai de la Gare (6)

Les rêves ont donné lieu à une littérature vaste et variée, ils ont provoqué beaucoup d’historiques, mais peu d’histoires. Au regard de cette grande diversité, il semble préférable de parler des usages des rêves plutôt que d’une histoire du rêve. Les mots que l’on a employés et que l’on emploie pour désigner ce que l’on perçoit la nuit dans un sommeil ou un demi sommeil, mais aussi parfois le jour, demanderaient eux-mêmes à être examinés dans une perspective d’anthropologie historique et comparée. Plus généralement, peut-on parler de rêves humains isolés des cultures, des pratiques et des croyances auxquelles ils sont liés et qui leur donnent sens ?

Nous proposons de décliner la question des usages des rêves dans trois directions, qui sont à distinguer dans un premier temps mais qui peuvent, bien évidemment, se conjuguer.

1/ Pour choisir à dessein des exemples hétérogènes, un sanctuaire, une chambre, une tranchée pendant la Grande guerre, un camp de concentration, un divan psychanalytique, un laboratoire contemporain du sommeil ont été ou sont autant de lieux – de sommeils, de somnolences, de rêves, de rêveries, de cauchemars – habituels ou inhabituels. Quels types d’expériences, de récits et de croyances y ont été ou sont favorisés et suscités ? En quoi certains lieux sont-ils parfois construits comme des « incubateurs » oniriques ?

2/ Les rêves ont pu être et peuvent être des vecteurs de savoirs et de pratiques multiformes et mêlées. Sans prétendre à l’exhaustivité, on a pu et on peut leur assigner des valeurs prophétiques, magiques, thérapeutiques, heuristiques, absurdes, érotiques, honteuses, mortifères, ludiques, ou encore les voir comme des révélateurs d’intimité et de singularité, des messages politiques ou religieux. Ils ont pu donner lieu à des collections ou à des compilations d’exemples et de témoignages, servir de cibles à des enquêtes plus ou moins savantes ou scientifiques.

3/ Les rêves sont et ont été liés à des modes d’écriture, comme à des mises en image, variables selon les époques et les sociétés. Ils ont joué et jouent le rôle d’invites à créations visuelles et narratives. Mais ils sont aussi imités, stylisés ou allégorisés. La littérature, la peinture et le cinéma, par exemple, convoquent et invoquent des multiples « rêves » fictionnels.

PROGRAMME

MERCREDI 30 SEPTEMBRE – 14H-20H

14h-14h 45 Ouverture (Pierre-Cyrille Hautcoeur, Philippe Hoffmann, Antonella Romano)

Introduction (Jacqueline Carroy, Andreas Mayer)

14h 45-16h 45 Présidence : Antonella Romano

Jean-Claude Schmitt (GAHOM-EHESS) et Gisèle Besson (CIHAM, ENS Lyon) Les autobiographies oniriques au Moyen Âge

Claire Gantet (Université de Fribourg) Rêver, prédire et jouer dans l’Allemagne du XVIIIe siècle 17h-19h Présidence : Giordana Charuty

Amalia Dragani (LAS-EHESS) Récits de rêveurs poètes. Usages de songes et inspiration onirique chez les Touaregs

Pamela Millet-Mouity (Césor-EHESS) Dieu m’a dit que tu seras mon mari. «Rêves prophétiques » et choix du conjoint chez les néo-évangéliques franciliens

19h Cocktail de bienvenue

JEUDI 1ER OCTOBRE – 10H-18H

10h-13h Présidence Jean-Claude Schmitt

Juliette Lancel (CAK-EHESS) Palais oniriques de l’époque moderne : le rêve comme « lieu de savoir » ?

Pierre-Antoine Fabre (EHESS/Césor) et Caroline Callard (Université Paris-Sorbonne) Lediscernement de la vision et du rêve dans l’écriture autobiographique de Giulio Mancinelli (1537-1618)

Florence Dumora (Université Denis Diderot) Les collections de rêve à l’âge classique

13h-15h Déjeuner

15-18h Présidence Andreas Mayer

Nathalie Richard (Université du Mans) Rêves d’archéologues au XIXe siècle

Marie Bonnot (Université Paris 3) Georges Perec, « l’insomniaque du jour » : Le détournement des rêvesdans La Boutique obscure

Jacqueline Carroy (CAK-EHESS) La « boutique obscure » et la « banque des rêves » : à propos d’une enquête et d’un livre (1976-1979)

VENDREDI 2 OCTOBRE – 10H-13H

10h-13h Présidence Jacqueline Carroy

Andreas Mayer (CAK-CNRS) Sciences et techniques du corps rêvant : jalons pour une histoire


Yvonne Wübben (Freie Universität Berlin/Univ. de Bochum) Witnessing dictatorship? Towards atextual and political history of Charlotte Beradt’s Third Reich of Dreams (Das Dritte Reich des Traums)

Laurent Jeanpierre (Université Paris 8) et Esteban Radiszcz (Université du Chili / Lapsos)Comment collecter des rêves ? Leçons tirées d’une enquête en cours au sein de la jeunesse chilienne

  1. No trackbacks yet.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: